Changement d'heure : à 2 heures, dans la nuit de samedi à dimanche, il sera 3 heures

En 2019, près de 84% des deux millions de Français ayant répondu à une consultation sur le sujet s'étaient exprimés en faveur de la suppression du changement d'heure.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une installation artistique de Klaus Rinke mettant en scène des horloges, à Düsseldorf, en Allemagne, le 28 mars 2021. (INA FASSBENDER / AFP)

Plus de lumière, mais moins de sommeil ! La France passe dans la nuit du samedi 27 mars au dimanche 28 mars à l'heure d'été. A deux heures du matin, les horloges avanceront donc de 60 minutes et il sera alors trois heures. Particularité méconnue : le changement d'heure ne concerne pas les territoires d'Outre-mer (à l'exception de Saint-Pierre et Miquelon, qui se cale sur le Canada voisin). En effet, la plupart d'entre eux se trouvent sous des latitudes où les écarts d'ensoleillement sont faibles tout au long de l'année, contrairement à l'Europe.

Ce changement d'heure deux fois par an est très contesté pour son effet sur les rythmes biologiques. Au niveau européen, où le régime du changement d'heure a été harmonisé en 1980 – justifié à l'époque par des économies d'énergie, dont la réalité est discutée  la Commission européenne a proposé en septembre 2018 de le supprimer... en 2019. Mais finalement, le Parlement européen a voté en mars 2019 un report à 2021, à discuter avec le Conseil de l'UE. Depuis, la crise du Covid-19 est passée par là, et le dossier est dans les limbes.

En France, une consultation en ligne organisée en 2019 par la commission des affaires européennes de l'Assemblée nationale avait reçu plus de deux millions de réponses, massivement (83,74%) en faveur de la fin du changement d'heure. Plus de 60% des personnes ayant participé assuraient avoir eu "une expérience négative ou très négative". Quant à l'heure à laquelle rester toute l'année, c'est celle d'été qui a eu la préférence de 59% des participants.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.