Santé : des soupçons de fraude ébranlent les recherches récentes sur la maladie d'Alzheimer

La principale hypothèse sur le fonctionnement de cette affection neurodégénérative est de plus en plus remise en cause, ce qui pourrait bouleverser la marche à suivre vers la découverte d'un traitement.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Analyses dans un laboratoire médical, image d'illustration.  (CHASSENET / BSIP / AFP)

Manipulation d'images, manque de preuves, essais médicaux avortés… Une enquête publiée par la revue Science, jeudi 21 juillet, fait état de soupçons de fraudes dans la recherche sur la maladie d'Alzheimer. Cette pathologie neurodégénérative, qui touche quelque 50 millions de personnes dans le monde et évolue progressivement vers la démence, est toujours incurable malgré des décennies de recherche.

Le chercheur français Sylvain Lesné est accusé d'avoir modifié des images pour corroborer son étude parue dans la revue Nature en 2006, largement reprise depuis. Ce chercheur à l’université du Minnesota (Etats-Unis) mettait en évidence le rôle de la protéine amyloïde : en injectant une forme d'amyloïde sur de jeunes rats, ces derniers commençaient à perdre la mémoire. Il confirmait ainsi la théorie de la "cascade amyloïde" développée dans les années 1990. Mais certaines preuves auraient été falsifiées, selon Science.

Des doutes sur l'efficacité d'une molécule

Le neurologue qui a identifié ces possibles manipulations, Matthew Schrag, enquêtait à l'origine sur un médicament expérimental. En août 2021, il avait été contacté par un cabinet d'avocats, raconte Science. Les clients de ce cabinet, deux neuroscientifiques, émettent des doutes sur l'efficacité d'une molécule en essai contre la maladie d'Alzheimer, le Simufilam.

Le rapport rendu par Matthew Schrag fait état de possibles fraudes dans les résultats du laboratoire américain qui développe le médicament, Cassava Sciences. Une demande d'interruption des essais cliniques est alors déposée auprès de l'agence américaine du médicament (FDA), au motif que la balance bénéfices-risques n'est pas suffisamment étayée. Mais la demande d'arrêt des essais en cours est rejetée.

Le lien entre ces deux affaires ? "L'intégrité scientifique n'a pas été respectée", selon Philippe Amouyel, directeur général de la Fondation Alzheimer. Le professeur de médecine assure tout de même que cette absence de preuves et ces soupçons de fraudes ne remettent pas en cause toute la recherche sur cette pathologie ces dernières décennies. La conférence internationale sur la maladie d'Alzheimer, prévue du 31 juillet au 4 août à San Diego (Etats-Unis), risque en tout cas d'être animée.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Maladie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.