Cet article date de plus de cinq ans.

Pétition anti-vaccin : le Pr Henri Joyeux radié de l'Ordre des médecins

Ce cancérologue à la retraite avait lancé une pétition contre la pénurie de vaccin DTPolio. Le texte mettait aussi en garde sur la composition du seul produit disponible. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Un enfant est vacciné avec le DTPolio, le 29 mars 2013 à Lyon (Rhône).  (AUBERT / BSIP / AFP)

Il avait lancé une pétition dénonçant les dangers du seul vaccin disponible pour remplacer le DTPolio. Le professeur Henri Joyeux sera radié de l'Ordre des Médecins à compter du 1er décembre, indique apmnews.com, site d'information spécialisé dans la médecine et les politiques de santé (accès limité), dimanche 10 juillet.

Ni le professeur Joyeux, ni des responsables de l'Ordre des médecins n'étaient joignables dans l'immédiat pour confirmer cette décision, rendue par la chambre disciplinaire ordinale de première instance du Languedoc-Roussillon.

Alerte sur des substances dans l'Infanrix Hexa

Le cancérologue montpelliérain avait fait l'objet d'une plainte du Conseil national de l'Ordre des médecins en juin 2015, pour la mise en ligne (toujours active) d'une pétition à l'attention de la ministre de la Santé, Marisol Touraine, mettant en garde sur la présence d'"aluminium et de formaldéhyde, deux substances dangereuses voire très dangereuses pour l'humain et en particulier le nourrisson", dans le vaccin DTPolio-Hib-Coqueluche-Hépatite B, aussi appelé Infanrix Hexa. Le texte a recueilli plus d'un million de signatures, au 10 juillet. 

Depuis septembre 2014, d'après Henri Joyeux, le recours à ce vaccin serait généralisé car "la situation s'est encore aggravée avec une pénurie généralisée de vaccins tétravalents (DTpolio-Coqueluche) et pentavalents (DTPolio-Hib-Coqueluche)".

"Un discours qui peut être dangereux"

Le président du Conseil national de l'Ordre, Patrick Bouet, avait reproché deux infractions à Henri Joyeux, à la retraite depuis 2014 : "La tenue de propos non appuyés sur des bases scientifiques [et portant] atteinte à la profession" ainsi qu'"un discours qui peut être dangereux pour la population parce qu'il s'agirait de discréditer le mécanisme de vaccination préventive". Il rappelait que "la vaccination est un outil capital de santé publique".

Marisol Touraine, qui a fustigé en mai 2015 l'initiative de ce médecin connu d'après elle pour avoir "pris des positions rétrogrades sur toute une série de sujets", a toutefois déploré une "situation préoccupante s'agissant de l'approvisionnement de certains vaccins essentiels". Les fabricants de vaccins et le syndicat de l'industrie pharmaceutique (Leem) avaient alors pris des "engagements" pour lutter contre ces pénuries à l'issue d'une réunion avec la ministre.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Maladie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.