Levothyrox : le procès de l'action collective contre Merck prévu le 1er octobre

La date du procès de l'action collective contre Merck a été dévoilée lors d'une première audience ce mardi 19 décembre.

L\'avocat des plaignants réclame une indemnité de 10 000 euros pour chacun de ses clients.
L'avocat des plaignants réclame une indemnité de 10 000 euros pour chacun de ses clients.

La date vient d'être dévoilée par le tribunal d'instance de Lyon : le procès de l'action collective contre le laboratoire Merck, qui commercialise le Levothyrox, aura lieu le 1er octobre 2018. Près de 8 000 plaignants ont joint l’action collective contre le laboratoire, et plus de 500 dossiers ont déjà été déposés, dans cette procédure différente de l'enquête pénale instruite par le pôle santé du TGI de Marseille.

Plus de 500 assignations déjà déposées

L'avocat des plaignants, Me Christophe Lèguevaques, réclame, pour chacun de ses clients, une indemnité de 10 000 euros pour préjudices moraux. En cause, la mise sur le marché au mois de mars 2017 de la nouvelle formule du Levothyrox. Selon des milliers de malades en France, ce médicament destiné à soigner les troubles de thyroïde entraînerait des crampes, des maux de tête, une fatigue intense, des vertiges ou des pertes de cheveux. Ce qui n’était pas le cas avec l’ancienne formule, dont le dosage était différent.

Me Christophe Lèguevaques avait déjà déposé 108 dossiers le 24 octobre. "Aujourd'hui, plus de 500 assignations ont été déposées au tribunal, et 2 000 autres sont en attente de l'être", a-t-il précisé à l'AFP. Un nombre qui devrait augmenter, selon lui, car la date limite pour déposer un dossier a été repoussée au 15 février 2018. Cette action collective a été lancée à partir de la plateforme en ligne MySmartCab le 19 septembre.

Cinq alternatives au Levothyrox disponibles en France

Merck s’était jusqu’ici vu dans l’obligation, face au tollé suscité par la nouvelle formule du Levothyrox, de recommercialiser l’Euthyrox, son ancienne formule. Pourtant, le laboratoire a récemment annoncé qu’il ne comptait pas continuer de distribuer Euthyrox au-delà de mars 2018.

Depuis le 6 décembre, un générique, Thyrofix, est disponible en France. Il y a donc sur le  marché, à l’heure actuelle, cinq alternatives au Levothyrox. Néanmoins, pour Me Christophe Lèguevaques, il est incompréhensible que l'Etat et Merck ne travaillent pas avec le sous-traitant Patheon, capable selon lui de fabriquer Euthyrox pour le marché italien. Selon Merck et les autorités de santé cependant, le produit fabriqué par Patheon diffère de l’ancienne formule du Levothyrox.