Légionellose : deux décès sur 22 cas détectés en moins de deux mois à Strasbourg

Les autorités recherchent un dénominateur commun aux contaminations.

Une culture de la bactérie Legionella pneumophila (photo d\'illustration).
Une culture de la bactérie Legionella pneumophila (photo d'illustration). (NICOLAS MAETERLINCK / BELGA)

Depuis le 1er novembre, 22 cas de légionellose ont été détectés dans l'agglomération de Strasbourg, indique la préfecture du Bas-Rhin. Ces patients étaient tous résidents ou s'étaient rendus dans l'ouest de l'agglomération (Strasbourg Ouest, Lingolsheim, Ostwald) et sont âgés de 42 à 88 ans. Parmi eux, deux personnes sont décédées. 18 autres sont guéries ou en voie de guérison.

Une origine commune suspectée

L'origine de la contamination est pour l'instant inconnue, mais les services de l'État soupçonnent une cause commune. "Des investigations poussées sont menées sur chaque patient", affirme la préfecture. "Les installations collectives à risque ont été recensées et contrôlées", avec 113 analyses jusqu'à présent.

La légionellose est une infection pulmonaire qui affecte essentiellement les adultes et plus particulièrement les personnes fragilisées (tabagisme, personnes atteintes de maladies respiratoires chroniques, diabète, maladies affaiblissant les défenses immunitaires, personnes âgées, etc.). Elle se manifeste par de la fèvre et des signes pulmonaires (toux, difficultés à respirer) et peut parfois s’accompagner d’autres signes (diarrhées, douleurs musculaires, fatigue intense, manque d’appétit, etc.). Elle nécessite dans la grande majorité des cas une hospitalisation. Sous traitement antibiotique adapté, la maladie "évolue favorablement", explique la préfecture.

La légionellose ne se transmet pas d'une personne à l'autre

La contamination se fait par voie respiratoire, par inhalation de vapeur d'eau contaminée. L'inhalation est le seul mode de contamination : la légionellose ne se transmet pas d'une personne à l'autre et elle ne s'attrape pas en manipulant ou en buvant de l'eau contaminée. La consommation d’eau du robinet n'est donc pas à remettre en question, souligne la préfecture.

En 2018 dans le département du Bas-Rhin, 48 cas de légionellose ont été déclarés, parmi lesquels cinq personnes sont décédées. En 2019, sur l’ensemble du département, 71 cas de légionellose dont ces 22 derniers ont été déclarés, et sept personnes sont décédées.