Virus Zika : des conséquences neurologiques graves, selon une étude

Alors que la présence du moustique tigre s'étend sur le territoire français, une étude démontre que le virus Zika, transmis par cet insecte, présente un risque de séquelles neurologiques graves.

FRANCE 2

Le moustique tigre est responsable de l'épidémie du virus Zika en 2016. À l'époque, les Antilles, mais aussi le Brésil ou la Colombie, avaient été particulièrement touchés. Trois ans après, les risques de séquelles inquiètent. Une étude de chercheurs des CHU de Martinique et de Guadeloupe le montre : les patients souffrent toujours de troubles neurologiques et persistants.

Problèmes neurologiques résiduels, voire sévères

Sur les 87 personnes suivies, un quart souffre de problèmes neurologiques résiduels. Ils marchent de façon altérée ou instable. "8% ont des séquelles sont sévères (...) Les patients ne sont pas autonomes dans la vie quotidienne", développe la professeure Annie Lannuzel, cheffe de pôle médecine au CHU de la Guadeloupe. En 2016, l'épidémie de Zika avait touché plus de 66 000 personnes en Guadeloupe et en Martinique. Dans la majorité des cas, les symptômes s'étaient résumés à de fortes fièvres, des douleurs et des boutons sur une courte période.

Le JT
Les autres sujets du JT
Alors que la présence du moustique tigre s\'étend sur le territoire français, une étude démontre que le virus Zika, transmis par cet insecte, présente un risque de séquelles neurologiques graves.
Alors que la présence du moustique tigre s'étend sur le territoire français, une étude démontre que le virus Zika, transmis par cet insecte, présente un risque de séquelles neurologiques graves. (FRANCE 2)