Cet article date de plus de cinq ans.

"Quasiment tous les stocks de vaccins" contre la grippe ont "été utilisés", selon Agnès Buzyn

La ministre de la Santé a estimé que "le message de l'intérêt de la vaccination contre la grippe commence à passer dans la population".

Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Un homme se fait vacciner contre la grippe à Ajaccio (Corse-du-Sud), le 6 octobre 2017. (PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP)

"Quasiment tous les stocks de vaccins" contre la grippe commandés cette année pour la population française ont "été utilisés", a indiqué la ministre de la Santé Agnès Buzyn, lundi 17 décembre sur BFMTV. "C'est la première année, ce qui veut dire que le message de l'intérêt de la vaccination contre la grippe commence à passer dans la population, a-t-elle estimé. On avait en plus augmenté les stocks de 10% par rapport à l'année passée."

"Nous allons recommander des vaccins bien entendu, a-t-elle ajouté. J'essaie d'avoir les stocks le plus rapidement possible, donc je ferai des annonces dès qu'il y aura des nouveaux stocks mis à disposition dans les jours qui viennent." La ministre a par ailleurs souligné qu'il restait "encore du temps pour se faire vacciner, parce que la grippe n'est pas encore arrivée". "Et en plus le vaccin de cette année protège bien contre les virus qui circulent actuellement dans l'hémisphère sud, et donc a priori nous devrions être bien protégés", a-t-elle dit.

13 000 morts l'hiver dernier

La campagne de vaccination contre la grippe saisonnière a commencé cette année début octobre, avec des modalités facilitées pour les personnes concernées par les recommandations. Le vaccin est recommandé pour les plus de 65 ans, les patients atteints de certaines maladies chroniques (diabète, insuffisance cardiaque ou respiratoire...), les femmes enceintes et les personnes souffrant d'obésité morbide, soit plus de 12 millions de personnes.

L'épidémie de grippe 2017-2018 avait fait 13 000 morts, dont 85% sont survenues chez des personnes âgées de plus de 75 ans. Elle avait été précoce (première semaine d'octobre) et exceptionnellement longue (au total 16 semaines), selon les équipes de surveillance de la grippe en France. Si son ampleur avait été modérée en médecine de ville, son impact avait été important en terme d'hospitalisation et de gravité.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.