Cet article date de plus de deux ans.

Grippe saisonnière : "Il faut s'attendre à une épidémie de grande importance"

Invitée de franceinfo jeudi, Odile Launay coordonne le groupe vaccination de la Société de pathologie infectieuse de langue française. Elle a fait le point sur l'épidémie de grippe "particulièrement virulente" à La Réunion, et qui s'apprête à toucher la métropole.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une pharmacienne vaccine une cliente contre la grippe, le 16 octobre 2017. Image d'illustration.  (BIENAIME / BSIP)

"Il est encore temps de se faire vacciner" contre la grippe, a conseillé jeudi 21 décembre sur franceinfo l'infectiologue Odile Launay, qui coordonne le groupe vaccination de la Société de pathologie infectieuse de langue française (Spilf). "Ce n'est pas fini, on peut se faire vacciner jusqu'à la fin du mois de janvier", a-t-elle expliqué. C'est d'autant plus important qu'il faut, selon elle, "s'attendre à une épidémie de grande importance".

franceinfo : à quoi s'attendre cette année ? Va-t-on vers une épidémie aussi virulente que celle de l'an passé, qui avait fait 14 400 morts ?

Odile Launay : Ce qu'on peut dire, c'est que la grippe a maintenant démarré de façon importante, dans la majorité des régions de France. On sait aussi qu'à La Réunion, par exemple, la grippe a été particulièrement sévère, donc il faut s'attendre à une épidémie de grande importance.

Le fait que la grippe ait été virulente à La Réunion peut être un indice de ce qui va se passer en métropole ?

On surveille de façon très précise ce qui se passe dans l'hémisphère sud puisque les saisons sont inversées, et cela peut être un indice. En tout cas, cela doit encourager les personnes les plus fragiles en particulier, mais aussi l'ensemble de la population à se faire vacciner, il est encore temps.

Où en est-on de cette vaccination ?

On n'a pas encore les données sur la couverture vaccinale de la grippe de cette année, mais il semble que les gens ont été plus sensibilisés. Il y a également eu ces expérimentations dans deux grandes régions de France, Nouvelle-Aquitaine et Rhône-Alpes, où il a été donné la possibilité aux pharmaciens de vacciner, et il semble que les Français ont beaucoup apprécié cette possibilité. De nombreuses personnes sont allées chez leur pharmacien se faire vacciner. On espère donc que la couverture vaccinale sera meilleure cette année. Encore une fois, ce n'est pas fini, on peut se faire vacciner jusqu'à la fin du mois de janvier, donc il faut vraiment le faire.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.