Reportage "Ça pourrait arriver en France" : les autorités françaises restent attentives à l'évolution de la grippe aviaire dans le monde

Aucun nouveau foyer de grippe aviaire n'a été détecté dans les élevages de France depuis mi-janvier mais, aux Etats-Unis, le virus s'est étendu à des troupeaux de vaches. Les autorités restent attentives.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
Un élevage de canard dans le Béarn. (photo d'illustration). (QUENTIN TOP / HANS LUCAS)

La France abaisse, vendredi 3 mai, son niveau de vigilance face à la grippe aviaire. Il passe de "modéré" à "négligeable" sur l'ensemble du pays, décision du ministère de l'Agriculture face à l'absence de nouvelles contaminations. Mais dans le même temps, les autorités se disent très "attentives" à l'évolution du virus à l'international, en particulier aux Etats-Unis.

Aucun nouveau foyer détecté dans les élevages français, depuis mi-janvier. Les animaux peuvent désormais sortir sans restrictions. Marie-Pierre Pé, du Comité interprofessionnel des palmipèdes à foie gras salue l'efficacité de la vaccination : 31 millions de canards vaccinés depuis l'automne. "Merci à la vaccination qui nous a permis de passer cet hiver. Les animaux vont et viennent à l'extérieur. On est vraiment résolument optimiste maintenant pour l'avenir !"

L'émergence d'une souche adaptée aux bovins

Mais les autorités regardent désormais vers les Etats-Unis et les troupeaux de vaches contaminées. Une inquiétude justifiée, selon Jean-Luc Guérin de l’école nationale vétérinaire de Toulouse et directeur de laboratoire à l'Inrae : "Manifestement, l'émergence d'une souche qui est adaptée aux bovins. On ne sait pas encore exactement ce qui explique cette adaptation. Ça pourrait arriver en France, mais là, il y a quand même des mesures de restriction des échanges qui sont prises. Les services vétérinaires internationaux savent les gérer."

Il n'empêche, les mutations restent imprévisibles. L'Organisation mondiale de la santé s'inquiète même d'une propagation à l'homme, d'où l'importance de la surveillance du virus : "Ce qu'il faut surveiller, ce sont des mélanges de virus d'origine aviaire et des virus plus adaptés à l'homme. Et regarder si on n'a pas émergence de souches un peu plus adaptées. Ce n'est pas le cas aujourd'hui." À ce stade, des animaux ont déjà infecté des humains, mais jamais la grippe aviaire ne s'est propagée d'homme à homme.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.