Grippe aviaire : près d'un tiers des vaccins commandés par l'UE destinés à la France

L'Union européenne a acheté 665 000 doses de ce vaccin destiné aux "personnes les plus exposées" à une potentielle transmission de la grippe aviaire à l'humain. La France en recevra 200 000, révèle France Inter.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
Des pintades se tiennent dans un espace extérieur près de leur poulailler, aux Herbiers, dans l'ouest de la France (photo d'illustration). (LOIC VENANCE / AFP)

La France va recevoir 200 000 doses d'un vaccin prévenant la transmission de la grippe aviaire à l'humain dans le cadre d'une commande passée par l'Union européenne (UE), révèle jeudi 13 juin France Inter. Les livraisons interviendront à compter du quatrième trimestre de cette année, a indiqué la Direction générale de la Santé à la radio.

L'UE a conclu un contrat lui permettant d'acheter, au nom des États membres, jusqu'à 665 000 doses de ce vaccin. Le volume destiné à la France correspond à une stratégie vaccinale ciblée autour des éventuels foyers de grippe aviaire. Les personnes travaillant dans les élevages, au contact des animaux à risque, et les vétérinaires seront vaccinés en priorité.

La stratégie du ministère de la Santé précisée dans les semaines qui viennent

Le virologue Bruno Lina a indiqué jeudi matin sur France Inter que le "risque aviaire" existait depuis "2003 voire 1997". Depuis, quelque 480 personnes sont décédées. "C'est vraiment un virus aviaire, il n'y a pas de transmission entre humains, mais quand il infecte l'homme, ça se passe souvent très mal", explique le scientifique, qui appelle à tout faire pour le virus soit empêché de s'adapter à l'homme.

Deux options de stratégie vaccinale sont à l'étude. Soit le risque de transmission à l’homme est d’ores et déjà considéré comme important, et les injections débuteront au plus vite. Soit on attend un premier cas humain et on vaccine toutes les personnes de son entourage pour éteindre le foyer épidémique. Le ministère de la Santé doit préciser sa stratégie dans les prochaines semaines.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.