Cet article date de plus de quatre ans.

Grippe aviaire : tous les canards des Landes vont être abattus

C'est le ministre de l'Agriculture qui l'a annoncé alors que les autorités tentent d'éradiquer l'épidémie de grippe aviaire. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une opération d'euthanasie menée dans un élevage de 8 000 canards à Latrille (Landes), le 6 janvier 2017. (MAXPPP)

Les 600 000 canards d'élevage encore vivants dans les Landes, premier producteur national de foie gras, vont être abattus pour tenter d'éradiquer l'épidémie de grippe aviaire. C'est ce qu'a annoncé, mardi 21 février, le ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll, au micro de France Bleu Gascogne.

"On a déjà abattu beaucoup de canards sur la partie est du département, on sait qu'il reste une zone sur laquelle on va agir pour abattre l'ensemble des canards pour essayer de stabiliser cette zone", a indiqué Stéphane Le Foll, après avoir répondu par l'affirmative lorsqu'on lui demandait s'il faudrait abattre les 600 000 canards du département.

Pour Le Foll, l'abattage est la seule solution

Le ministre de l'Agriculture a souligné que cet abattage massif était nécessaire "pour faire action de prophylaxie [prévenir l'extension de l'épizootie] de manière générale et pouvoir bâtir ensuite une reprise de la production dans des délais qui vont être affinés avec l'ensemble des professionnels", précisant que cela va prendre "plusieurs semaines".

Stéphane Le Foll a insisté sur le fait que la seule stratégie possible était celle de l'abattage. "Il n'y a pas de vaccin qui soit disponible aujourd'hui donc on est obligé de réfléchir collectivement à la manière dont on va s'organiser pour faire face à cette menace qui existe", a-t-il expliqué. Et d'ajouter : "On ne s'est pas trompé de stratégie."

Le ministre a estimé que de "gros progrès" avaient été effectués depuis la crise de 2016, tout en reconnaissant qu'il en reste à faire. Il a précisé : "On aura à améliorer de manière très sensible la situation des biosécurités dans le transport des animaux."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.