Grippe aviaire H5N8 : la Russie dit avoir détecté le premier cas de transmission à l'être humain

S'il a "franchi la barrière inter-espèces" en se transmettant de l'oiseau à l'homme, "ce variant du virus ne se transmet pas d'une personne à l'autre à l'heure actuelle", a affirmé, samedi, Anna Popova, qui est à la tête de l'agence sanitaire russe Rospotrebnadzor.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Image d'illustration montrant une particule de la grippe aviaire H5N8 en train d'être détruite. (KATERYNA KON / SCIENCE PHOTO LIBRA / KKO / AFP)

Moscou assure avoir informé l'Organisation mondiale de la santé (OMS) de cette "découverte importante". La Russie a annoncé, samedi 20 février, avoir détecté le premier cas de transmission à l'être humain de la souche H5N8 de la grippe aviaire"Le laboratoire a confirmé le premier cas d'infection d'une personne par le virus de groupe A, la grippe aviaire AH5N8", a déclaré à la télévision Anna Popova, qui dirige l'agence sanitaire russe Rospotrebnadzor.

Ce virus a été détecté chez sept personnes contaminées dans une usine de volailles du sud de la Russie, où une épidémie de grippe aviaire a touché les animaux en décembre 2020, a précisé Anna Popova, précisant que les malades "se sentent bien" et n'ont pas de complications. "Des mesures ont été rapidement prises pour contrôler la situation" dans ce foyer d'infection, a-t-elle poursuivi.

Pas de transmission d'une personne à l'autre "à l'heure actuelle"

Si la souche H5N8 a "franchi la barrière inter-espèces" en se transmettant de l'oiseau à l'homme, "ce variant du virus ne se transmet pas d'une personne à l'autre à l'heure actuelle", a-t-elle encore affirmé. Elle a estimé que cette détection "donne au monde entier le temps de se préparer" en créant des tests et un vaccin, "dans le cas où ce virus deviendrait plus pathogène et plus dangereux pour l'homme et acquière la capacité d'être transmis de personne à personne".

Le virus de la grippe aviaire sévit actuellement dans plusieurs pays européens, dont la France, où des millions d'animaux ont été abattus pour arrêter sa progression.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.