Endométriose : une maladie méconnue

L'endométriose touche une femme sur 10 en âge de procréer. Une pathologie qui peut être très douloureuse et qui est souvent diagnostiquée tardivement, d'où l'importance de la campagne européenne de prévention organisée cette semaine.

FRANCE 2

Souffrir sans pouvoir poser de mots ni de diagnostic sur ses douleurs. C'est ce qu'a vécu une jeune femme, Serena Leoni Bredache, pendant 20 ans et ce dès ses premières règles. "Au départ, c'étaient des maux de ventre pendant les cycles. Et après mon deuxième enfant, ça a été des vomissements, des douleurs tout le temps, de la fatigue. Ça s'est amplifié après ma deuxième grossesse", indique-t-elle.

Cinq interventions chirurgicales

Serena Leoni Bredache a appris il y a trois ans seulement qu'elle est atteinte d'endométriose. Longtemps, lorsqu'elle faisait part de ces douleurs atroces, les médecins ne la croyaient pas. "Arrivée à l'âge de 14 ans, j'avais consulté un médecin avec ma maman, qui a dit : 'Il vaudrait peut-être mieux aller voir un psy'. Il pensait que c'était dans la tête. Parce que pour eux, c'était normal d'avoir des règles douloureuses", ajoute-t-elle. Elle a subi cinq interventions chirurgicales, jusqu'au retrait total de l'utérus. L'endométriose est une maladie encore méconnue, alors qu'elle concerne pourtant 10% des femmes en âge de procréer.

Le JT
Les autres sujets du JT
Gynécologue réalisant un frottis cervical. Une femme va avoir en moyenne 50 consultations gynécologiques et obstétricales au cours de sa vie. 
Gynécologue réalisant un frottis cervical. Une femme va avoir en moyenne 50 consultations gynécologiques et obstétricales au cours de sa vie.  (VOISIN / PHANIE / AFP)