Cet article date de plus de six ans.

Virus Ebola : l'essai clinique d'un vaccin suspendu en France

L'une des personnes vaccinées avait développé une maladie neurologique. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Un scientifique dans un laboratoire travaillant sur un vaccin. (AMELIE-BENOIST / BSIP / AFP)

Un essai clinique d'un vaccin contre le virus Ebola a été suspendu. C'est ce qu'a indiqué, mardi 17 mai,  l'Inserm à francetv info, confirmant une information de France info et France Bleu Alsace. En cause : "L'une des personnes vaccinées avait développé un syndrome de Miller-Fisher, une variante assez rare du syndrome de Guillain-Barré", précise la station alsacienne. C'est "une maladie neurologique qui touche les nerfs crâniens".

"On est plutôt en voie de reprise"

Le produit testé est le vaccin Ebovac 2, du laboratoire Janssen. Ce dernier a prévenu l'Inserm de l'incident le 26 avril. Et l'Inserm a décidé, le lendemain, de "suspendre provisoirement" l'essai. "On est plutôt en voie de reprise, la procédure est plutôt rapide mais nous n'avons pas de date précise", a précisé l'institut à francetv info.

Le feu vert est attendu de l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM). L'instance doit notamment faire réexaminer un document par le comité de protection des personnes.

300 volontaires dans plusieurs villes de France

Selon France info, "le neurologue qui a examiné le patient estime qu'a priori il n'y aurait pas de lien direct entre la vaccination et la survenue du syndrome mais sans l'exclure formellement".

Quelque 300 volontaires "devaient être recrutés pour cet essai", écrit France Bleu Alsace, ajoutant que "les tests avaient lieu à Tours, Paris, Créteil, Lyon, Marseille, Saint-Etienne, Rennes et Strasbourg". Deux injections du vaccin testé devaient administrés à ces volontaires. La première a été réalisée "en janvier ou en février, selon les centres", relève France Bleu Alsace.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Ebola

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.