Cet article date de plus de six ans.

Vidéo "Hors de contrôle", l'épidémie Ebola pourrait encore s'étendre en Afrique de l'Ouest

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 1 min.
F. PRABONNAUD, M. CAZAUX / FRANCE 2
Article rédigé par
France Télévisions

L'ONG Médecins sans frontières exprime son inquiétude quant à la la propagation du virus, déjà présent en Sierra Leone, en Guinée, au Libéria et au Nigéria. 

L'épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest empire et risque de toucher d'autres pays, a averti le directeur des opérations de l'organisation Médecins sans frontières. "Cette épidémie est sans précédent, absolument pas sous contrôle et la situation ne fait qu'empirer, puisqu'elle s'étend encore, surtout au Liberia et en Sierra Leone, avec des foyers très importants", a déclaré Bart Janssens dans un entretien publié mercredi 30 juillet par La Libre Belgique.

Le virus a déjà tué 672 personnes depuis le début de l'année en Guinée, au Liberia et en Sierra Leone. Depuis peu, il sévit aussi au Nigeria. Les experts craignent une progression de l'épidémie à Lagos, la capitale, qui compte quelque 20 millions d'habitants et peu d'infrastructures médicales.

Un responsable de la lutte anti-Ebola meurt du virus

Le docteur Omar Khan, responsable médical du centre de traitement contre la fièvre Ebola à Kenema (Est de la Sierra Leone), une des régions les plus affectées du pays, est mort mardi 29 juillet après avoir attrapé le virus, selon les services de santé sierra-léonais. Le ministre de la Santé du pays, Miatta Kargbo, a qualifié le docteur Khan de "héros national", car depuis des mois "il passait douze heures par jour à sauver des vies, ce qui est un formidable sacrifice".

Le virus se transmet par contact direct avec le sang, les liquides biologiques ou les tissus de personnes ou d'animaux infectés. La fièvre hémorragique qu'il provoque se manifeste par des hémorragies, des vomissements et des diarrhées. Son taux de mortalité peut aller de 25 à 90 % chez l'homme et il n'y a pas de vaccin homologué contre elle.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.