Mobilisé contre le virus Ebola, un médecin américain lui-même contaminé au Liberia

La "fièvre hémorragique" a déjà tué 660 personnes en Afrique de l'Ouest, selon un récent bilan de l'OMS.

Le docteur Kent Brantly, ici à gauche, traite un patient contaminé par le virus Ebola à Monrovia (Liberia), en 2014.
Le docteur Kent Brantly, ici à gauche, traite un patient contaminé par le virus Ebola à Monrovia (Liberia), en 2014. (SIPA / AP)

Les équipes médicales ont beau prendre toutes les précautions possibles, mais le risque persiste. Un médecin américain qui participe à la lutte contre le virus Ebola en Afrique de l'Ouest a lui-même été contaminé au Liberia, a annoncé samedi 26 juillet l'organisation humanitaire pour laquelle il travaille.

Médecin en chef de l'association caritative chrétienne Samaritan's Purse, Kent Brantly a été placé en quarantaine au sein du centre de traitement contre l'Ebola de l'organisation, à Monrovia, la capitale du Liberia.

660 morts en Afrique de l'Ouest

La "fièvre hémorragique à virus Ebola" se transmet par contact direct avec le sang, les liquides biologiques ou les tissus de personnes ou d'animaux infectés. Elle cause de fortes fièvres, des douleurs musculaires, ainsi que vomissements, diarrhée voire hémorragie.

Depuis le début de l'épidémie il y a quelques mois, le virus Ebola a déjà tué 660 personnes en Afrique de l'Ouest, selon un récent bilan de l'Organisation mondiale de la santé (OMS). La Guinée, le Sierra Leone et le Liberia sont touchés et vendredi, un premier cas a été répertorié au Nigeria.