Ebola : un risque "infime" que l'Europe soit touchée par l'épidémie

Selon un responsable de l'UE, l'épidémie d'Ebola qui fait rage en Afrique de l'Ouest ne touchera pas le Vieux continent qui "a les moyens de dépister et de contenir" l'épidémie.

Un membre de Médecins sans Frontières enfilant une combinaison de protection à l\'hôpital de Conakry (Guinée), où sévit le virus Ebola depuis février 2014.
Un membre de Médecins sans Frontières enfilant une combinaison de protection à l'hôpital de Conakry (Guinée), où sévit le virus Ebola depuis février 2014. (CELLOU BINANI / AFP)

L'Union européenne est équipée pour dépister et traiter les malades contaminés par le virus Ebola. Et la probabilité que l'épidémie, combattue en Afrique de l'Ouest, touche les Etats membres est "infime", a assuré, mercredi 30 juillet, un responsable européen. "On ne peut écarter la possibilité qu'un cas parvienne en Europe, mais l'Union européenne a les moyens de dépister et de contenir rapidement l'épidémie", a affirmé cette source à Bruxelles.

"Un cas suspect a été signalé à Valence, en Espagne. Il s'est, en fait, avéré négatif, mais le système a fonctionné. Le malade a été isolé et le laboratoire a rapidement donné le résultat", a tenu à rassurer le responsable. L'UE s'est dotée d'un réseau d'alerte et tous les Etats ont des infrastructures hospitalières spécialisées pour traiter ces maladies.

Inquiétude pour les pays africains

L'épidémie, en cours depuis le début de l'année, s'est déclarée d'abord en Guinée avant de se propager au Liberia puis en Sierra Leone, deux pays voisins qui, au 23 juillet, totalisaient 1 201 cas dont 672 mortels, selon le dernier bilan de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS).

"Le problème est de préparer les pays voisins, notamment la Côte d'Ivoire, et même plus lointains", a souligné l'expert interrogé par l'AFP. "Il y a de plus en plus de cas dans les capitales. La période d'incubation est de 21 jours et les gens voyagent", a-t-il expliqué.