Ebola : la violence en RDC empêche de mettre fin à l'épidémie

Ces deux dernières semaines, le nombre d’incidents de sécurité a presque doublé dans certaines zones de la République Démocratique du Congo. Ces violences empêchent l’OMS de mettre un terme à l’épidémie d’Ebola.

Ebola : la violence en RDC empêche de mettre fin à l\'épidémie
Ebola : la violence en RDC empêche de mettre fin à l'épidémie

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a averti ce 22 novembre lors d’un point presse à Genève que le regain d'insécurité en République démocratique du Congo empêchait ses équipes et celles de ses partenaires de mettre un terme à l'épidémie d'Ebola qui sévit depuis août 2018.

"Nous voulons simplement exprimer à quel point nous sommes alarmés par le fait que le manque d'accès et de sécurité nous empêche maintenant de mettre un terme à cette épidémie", a déclaré le docteur Mike Ryan, directeur des programmes d'urgence de l'OMS.

2200 personnes tuées par le virus

Cette 10e épidémie de fièvre hémorragique sur le sol congolais a tué près de 2.200 personnes, sur quelque 3.300 cas et l'épidémie a été déclarée "urgence de santé publique mondiale" le 17 juillet par l'OMS.

Alors que la panoplie de moyens de lutte contre le virus Ebola s'est récemment enrichie d'un deuxième vaccin, le président congolais Félix Tshisekedi a estimé que l'épidémie devrait être éradiquée "d'ici à la fin de l'année".

A lire aussi : Ebola devient une urgence sanitaire mondiale

L’insécurité ne permet pas de suivre les personnes malades

"Le nombre de cas hebdomadaires a diminué progressivement, avec seulement 7 cas signalés au cours de la dernière semaine. (...) C'est une bonne nouvelle", a reconnu Mike Ryan.

Mais, a-t-il ajouté, "la mauvaise nouvelle, c'est que dans certaines zones clés, l'épidémie d'Ebola est actuellement corrélée avec la violence qui y sévit" car l'insécurité empêche de suivre les contacts des personnes malades, a-t-il ajouté.

A lire aussi : Ebola : le virus gagne du terrain en RDC

D’où vient cette violence ?

"Malheureusement, au cours des deux dernières semaines, le nombre d'incidents de sécurité a presque doublé dans bon nombre de ces zones, y compris à Oïcha et Beni", a-t-il dit.

Il a souligné que ce regain de violence était notamment lié aux affrontements entre l'armée congolaise et les milices ADF, à l'origine un groupe armé de musulmans ougandais installé depuis 1995 dans l'est de la RDC.

L'armée congolaise a annoncé le 30 octobre des opérations unilatérales contre les ADF. Depuis, les ADF mènent des représailles contre les civils, comme à Beni.

Une occasion manquée ?

L'armée congolaise a lancé ses opérations sans la force onusienne de la Monusco, qui lui fournit des renseignements et des soutiens logistiques (évacuations sanitaires).

M. Ryan a par ailleurs estimé que les manifestations de la population contre la violence étaient "compréhensibles" mais, a-t-il ajouté, elles "perturbent également nos opérations" de lutte contre Ebola.

"Nous sommes si près d'en terminer (avec Ebola) que si nous perdons cette occasion, nous devrons faire face à cette réalité pendant des mois à venir", a-t-il insisté.