Cet article date de plus de deux ans.

Vrai ou fake : la planification d’une pandémie pour installer une dictature mondiale ?

Publié
Durée de la vidéo : 3 min.
Vrai ou fake : la planification d’une pandémie pour installer une dictature mondiale ?
franceinfo
Article rédigé par
France Télévisions

La fondation américaine Rockefeller a publié un rapport en 2010 qui prévoyait une pandémie et une réponse autoritaire. Certains internautes crient au complot. Vrai ou Fake ?

La fondation Rockefeller aurait publié un rapport en 2010 qui, selon certains internautes, prévoit "comment une pandémie peut être utilisée comme excuse pour établir un pouvoir autoritaire mondial". Pour d’autres, c’est même la preuve "que cette crise de coronavirus exacte était un scénario pré-planifié"Ce rapport existe bel et bien, a confirmé la fondation à la journaliste de France Télévisions Mathilde Gracia. En 2010, elle a établi avec un partenaire quatre scénarios pour le futur de la technologie et du développement international.

Huit millions de morts en sept mois

"L’un d’entre eux prévoit une pandémie et ses conséquences. Une souche de grippe provenant de l’oie sauvage se propage à travers le monde. Elle tue huit millions en sept mois. 20% de la population est infectée. La plupart des décès sont des jeunes adultes en bonne santé. La fondation prévoyait la possibilité d’une réponse autoritaire des gouvernements. La fondation n’est pas la seule à avoir imaginé ou alerté sur les risques d’une pandémie. Elle a bien publié en 2010 une étude qui prévoit l’émergence d’une pandémie mais il s’agissait d’étudier des scénarios de réaction à une crise sanitaire et non pas d’un plan pour instaurer une dictature mondiale. Le rapport alertait même sur les risques que pouvaient faire peser une telle crise sur nos démocraties", conclut Mathilde Gracia.

Comment permettre à chacun de mieux s'informer ?

Participez à la consultation initiée dans le cadre du projet européen De facto sur la plateforme Make.org. Franceinfo en est le partenaire

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.