Vidéo Réunions publiques annulées, candidats confinés chez eux... Le coronavirus risque de perturber la campagne des municipales dans l'Oise

A Crépy-en-Valois, commune de 15 000 habitants dans l'Oise, l'un des deux foyers de l'épidémie de Covid-19 en France, deux des huit candidats à la mairie sont confinés chez eux et les rassemblements sont interdits.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Confiné chez lui jusqu'au 4 mars, le docteur Philippe Pinilo, candidat sans étiquette aux élections municipales de Crépy-en-Valois, reste en contact avec ses colistiers par téléphone et visio-conférence. (GILLES GALLINARO / RADIO FRANCE)

"Je suis en conférence visio (...) Toute l'équipe continue de travailler." Il a beau être confiné chez lui, Philippe Pinilo reste en campagne. Candidat sans étiquette (SE) aux municipales à Crépy-en-Valois, dans l'Oise, l'un des deux foyers de l'épidémie de coronavirus Covid-19 en France, le médecin généraliste a été en contact avec le professeur du collège La Fontaine, décédé le 26 février à la Pitié-Salpêtrière, à Paris.

Philippe Pinilo ne présente pas de symptôme mais doit rester chez lui jusqu'au 4 mars. "Moi c'est ma première campagne en tant que tête de liste, donc je dirais que c'est une découverte originale", explique-t-il

La maire sortant de Crépy-en-Valois, Bruno Fortier (SE), est lui aussi confiné. Il a indiqué être infecté par le coronavirus Covid-19 dimanche. "Je suis porteur de cette 'cochonnerie', a-t-il écrit sur sa page Facebook"Tous les rassemblements, toutes les réunions publiques qui étaient prévues sont interdites aujourd'hui. Tout va être annulé", explique-t-il à franceinfo. "Je ne vais pas dire que Crépy et les autres villes vont devenir des villes mortes. Mais on commence à être les pestiférés", s'inquiète le premier édile, tout en appelant à "ne pas céder à la psychose". Il faut "respecter les règles qu'on nous demande d'appliquer, parce que je pense que c'est la seule façon de pouvoir endiguer cette cochonnerie qui se balade dans nos régions", assure-t-il.

Du côté de ses adversaires politiques, on n'entend pas profiter de la situation. Le coronavirus "n'est pas un thème de campagne, c'est un invité de la campagne, mais il n'y a pas de responsabilité de la municipalité dans ce qui se passe actuellement", estime notamment Pierre-Marie Jumeaucourt, candidat divers gauche (DVG). Porte à porte et réunions publiques supprimées... tous s'adaptent. Mais certains de se demander si le scrutin ne sera pas annulé mi-mars. "J'espère que non, pour l'aspect démocratique", réagit Arnaud Foubert, ancien maire et candidat sans étiquette. "Il faut dire aussi que le risque sera quand même limité. Toutes le précautions seront prises je pense par tout le monde", ajoute-t-il. Pour l'instant, dit le préfet, le scrutin du 15 mars est maintenu partout dans l'Oise. 

Le reportage à Crépy-en-Valois, dans l'Oise, de Mathilde Dehimi - 0
--'--
--'--


La liste, encore non-officielle, des candidatures pour les prochaines élections municipales à Crépy-en-Valois : Bruno Fortier (SE ; Crépy solidaire et citoyenne), Arnaud Foubert (SE ; Unis pour Crépy), Michel Houllier (SE ; Crépy pour tous), Pierre-Marie Jumeaucourt (DVG ; Crépy solidaire et citoyenne), Alain Aubigny (RN ; Ensemble, sauvegardons Crépy), Samira Herizi (UDI-LREM ; Crépy-en-Valois, c’est vous !), Philippe Pinilo (SE ; Crépy, le Valois il est temps) et Jean-Michel Sinet (Vivre à Crépy).

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.