VIDEO. Retour en classes obligatoire le 22 juin : "On a encore beaucoup d'interrogations sur la mise en œuvre du protocole", réagit le SNUIpp-FSU

Francette Popineau, du syndicat SNUIpp-FSU, réagit à l'annonce d'Emmanuel Macron sur le retour des élèves des écoles et du collège "selon les règles de présence normales" à partir du 22 juin.

"Ce que est positif, c'est le retour de l'école obligatoire, que l'école redevienne l'école de la République. Mais on a encore beaucoup d'interrogations sur la mise en œuvre du protocole", réagit Francette Popineau, co-secrétaire générale et porte-parole du SNUipp-FSU dimanche 14 juin sur franceinfo. Emmanuel Macron a annoncé dimanche le retour obligatoire de tous les élèves en classes, à l'exception des lycéens, à partir du 22 juin, "de manière obligatoire et selon les règles de présence normales". Depuis le début du déconfinement, le protocole sanitaire imposé aux établissements scolaires ne permettait d'accueillir que 15 élèves maximum par classe en primaire, en respectant la distance d'un mètre.

>> Déconfinement : zone verte, réouverture des écoles et collèges, second tour des municipales... Ce qu'il faut retenir de l'allocution d'Emmanuel Macron

Beaucoup de questions restent sans réponse quant au protocole sanitaire, estime Francette Popineau. "Tous les élèves dans une classe, ça veut dire qu'on ne tient pas compte de la distanciation. Alors qu'en est-il ? Est-ce qu'on a toujours une obligation de lavage répété des mains? Auquel cas on va avoir du mal à faire se laver les mains  tout le monde de façon régulière dans une école, puisqu'il n'y aura pas de sanitaires supplémentaires dans les jours à venir..."

La syndicaliste pose une autre question : "Quelle autorité médicale a donné ce feu vert ? Parce qu'il ne faudrait pas faire prendre des risques à une partie de la population". Elle rappelle que "plus il y a d'enfants dans une école, plus il y a d'adultes. (...) Il y aura des adultes entre midi et deux, il y aura des personnels supplémentaires à la cantine. Il y aura effectivement du personnel supplémentaire à la garderie. Sommes-nous prudents ? Est-ce que cela a été bien envisagé par une autorité médicale ?"

Francette Popineau (SNUIpp-FSU), le 14 juin 2020
Francette Popineau (SNUIpp-FSU), le 14 juin 2020 (FRANCEINFO / RADIO FRANCE)