Vidéo Mise en examen d'Agnès Buzyn : Martin Hirsch n'a pas constaté de "freinage des politiques" dans la gestion du Covid-19

Publié Mis à jour
Article rédigé par
Radio France

Le directeur général de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris, Martin Hirsch, assure que les décisions qui ont été prises en juillet cette année ont permis d'écrêter la quatrième vague de contaminations au Covid-19.

"Je n'ai pas vu de freinage des politiques par rapport à une sorte d'élan qu'auraient voulu donner les scientifiques", pour lutter contre la pandémie de Covid-19, a déclaré Martin Hirsch, le directeur général de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), lundi 13 septembre sur franceinfo. Il était interrogé à propos de la mise en examen pour "mise en danger de la vie d'autrui" d'Agnès Buzyn, ministre de la Santé jusqu'en février 2020, dans l'enquête sur la gestion de l'épidémie de Covid-19. Dans ce dossier, il a rappelé qu'il est "témoin" et "ne souhaite pas donner le sentiment qu'on puisse faire pression sur la justice".

"Ce qui caractérise l'entrée dans la pandémie et qui la différencie d'autres crises sanitaires, c'est qu'en janvier 2020, il n'y avait pas une expression scientifique pour voir une vague d'une telle ampleur."

Martin Hirsch

à franceinfo

"La plupart des scientifiques, peut-être même quasiment tous, se référaient aux précédentes épidémies de coronavirus qui avaient été assez rapidement circonscrites et qui ne donnaient pas une flambée comme ça", a-t-il poursuivi.

"Quand on regarde les vagues, soulignons que les décisions qui ont été prises cette année en juillet ont permis d'écrêter la quatrième", a ajouté le directeur général de l'AP-HP. "Pass sanitaire et boost vaccinal ont eu un impact majeur", a-t-il également déclaré.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.