Vidéo Covid-19 : le variant indien "va arriver, il est probablement déjà en France", selon l'infectiologue Karine Lacombe

Publié Mis à jour
Article rédigé par
Radio France

L'Inde connaît une flambée épidémique avec plus de 200 000 cas par jour qui peut en partie s'expliquer par la circulation d'un nouveau variant du coronavirus.

Le variant indien du coronavirus, appelé aussi B.1.617, n'a pas encore été détecté en France, mais quelques cas ont été repérés dans des pays voisins comme le Royaume-Uni et l'Allemagne, ou encore en Guadeloupe. "C'est évident que ce variant va arriver [en France] c'est une question de jours", a estimé mercredi 21 avril sur franceinfo Karine Lacombe, cheffe du service des maladies infectieuses à l’hôpital Saint-Antoine à Paris. "Il est probablement déjà en France", ajoute l'infectiologue.

>> Covid-19 : ce que l'on sait du variant B.1.617, alors que l'Inde affronte une flambée épidémique

Si ce variant est détecté dans l'Hexagone suffisamment tôt, "il est possible d'isoler les personnes et de faire en sorte de casser les chaînes de transmission. Les [tests] PCR que l'on a en France peuvent détecter ce type de variant", explique Karine Lacombe.

Un variant inquiétant ?

Ce variant est "comme celui d'Afrique du Sud ou du Brésil. Ce sont des variants de la souche originelle de Wuhan qui ont acquis des mutations en circulant beaucoup au sein d'une population qui n'était pas immunisée", indique Karine Lacombe. Le variant indien "a deux mutations qui pourraient entraîner une résistance à la vaccination voire aux traitements."

En Inde, la situation est alarmante avec plus de 200 000 cas par jour. "La situation en Inde est complètement différente de celle en Europe. L'application des gestes barrières est beaucoup plus difficile, il y a une très grande densité de population et une promiscuité très importante avec un accès aux soins plus compliqué. Il est donc beaucoup plus difficile de dire si ce nouveau variant est beaucoup plus délétère que les autres", explique Karine Lacombe.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.