Vidéo Covid-19 : "Le public qui va en discothèque, ce n'est pas ma grand-mère", dénonce Jordan Bardella

Publié Mis à jour
Article rédigé par
Radio France

Selon le président du RN, il faut cibler les personnes à risques et, plus particulièrement, "cibler la communication" sur les personnes âgées qui ne sont pas encore vaccinées.

"Le public qui va en discothèque, ce ne sont pas nos grands-parents, ce n'est pas ma grand-mère", a fustigé Jordan Bardella, président du Rassemblement national, mardi 7 décembre sur franceinfo, alors que le gouvernement a décidé de refermer les boîtes de nuit à partir de vendredi pour une durée de quatre semaines. Selon lui, il faut cibler les personnes à risques et, plus particulièrement, "cibler la communication" sur les personnes âgées qui ne sont pas encore vaccinées.

>> Candidature d'Éric Zemmour à la présidentielle, fermeture des discothèques et pass sanitaire dans les meetings ... Le "8h30 franceinfo" de Jordan Bardella

"Le virus continue de circuler en dépit d'une vaccination quasi majoritaire et il va continuer de circuler, on ne va pas pouvoir vivre sous cloche, sous restriction et sous privation de liberté", a-t-il poursuivi, estimant qu'il "va falloir apprendre à vivre avec". Jordan Bardella a appelé à être "extrêmement prudent sur l'application des gestes barrières" et "à laisser circuler le virus pour que se constitue une forme d'immunité naturelle". Le président du RN a par ailleurs affirmé son opposition à l'obligation vaccinale et au pass sanitaire qu'il a jugé "sans intérêt" en raison du fait que des vaccinés peuvent être porteurs du virus et côtoyer des non-vaccinés testés négatifs dans les lieux où le pass est exigé.

Concernant l'ouverture de la vaccination des enfants à risque mi-décembre, l'élu RN s'y est également opposé, considérant qu'il fallait "laisser aux parents la liberté vaccinale de vacciner ou non leurs enfants". "Je crains que l'acte II de la vaccination ouverte aux enfants soit une vaccination pour tous les 5-11 ans", a-t-il ajouté, insistant sur le fait que "c'est aux parents de décider".

"Je crois au droit au consentement en matière médicale, chaque Français est en capacité d'établir le bénéfice risque à l'égard du vaccin."

Jordan Bardella, président du RN

à franceinfo

Le Rassemblement national s'est dit pour l'augmentation du nombre de lits dans les hôpitaux, dénonçant "la casse des services publics" dont "Emmanuel Macron porte la responsabilité", pour la "réintégration des 15 000 soignants mis à pied" et, enfin, pour l'installation "de purificateurs d'air dans les classes". Jordan Bardella a également déploré "que la France ait abandonné totalement la recherche d'un vaccin et la recherche d'un traitement". "Il est là l'échec français, il est là le signe du déclassement français et l'échec d'Emmanuel Macron c'est d'être le seul pays au Conseil de sécurité de l'ONU à ne pas être en capacité de se doter d'un vaccin", a-t-il conclu.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.