Vidéo "Au quatrième verre, si vous trouvez de la distanciation sociale, je vous offre un euro" : Martin Hirsch pour la limitation des interactions sociales dans les bars

Publié Mis à jour
Article rédigé par
Radio France

"Si on va trop loin, on se fait accuser d'être liberticide et économicide. Si on ne va pas assez loin, d'homicide", a expliqué sur franceinfo le directeur de l'AP-HP alors que les bars devront fermer dès mardi dans les zones d'alerte maximale.

"La seule manière d'éviter" que le virus circule, c'est "de limiter les interactions sociales" a insisté lundi 5 octobre sur franceinfo Martin Hirsch, directeur général de l’AP-HP avant de saluer le travail "sacrément dur" des autorités publiques. Matignon a annoncé dimanche le passage de Paris et sa petite couronne en alerte rouge écarlate au Covid-19, entraînant la fermeture des bars et cafés pour au moins deux semaines. D'autres restrictions doivent être annoncées lundi.

>> Mesures sanitaires, vacances des soignants, déprogrammation de soins... Le "8h30 franceinfo" de Martin Hirsch

"Quand le virus circule beaucoup et il circule beaucoup, la seule manière d'éviter qu'il circule est de limiter les interactions sociales qu'on peut dire à risques, explique Martin Hirsch. C'est quand on est trop proches, sans masque, à se parler, à se postillonner, à exhaler de l'air vers l'autre. Le deuxième type d'interaction sociale à risque, c'est quand vous êtes trop nombreux dans un endroit : vous pouvez pourtant être masqué, mais vous allez réajuster votre masque, puis poser votre main là-dessus, et si vous êtes très nombreux le voisin même masqué va poser sa main, réajuster son masque et vous allez lui passer le virus."

"Il faudra s'habituer à ce que les règles évoluent"

Et parmi les endroits "où on est le plus souvent face à face" selon le directeur général de l’AP-HP, "il y a plutôt les bars que les restaurants pour des raisons simples : il suffit d'aller dans un endroit où il y a un distributeur de bière, où les gens se précipitent, les uns face aux autres, à remplir leur verre."

Au quatrième verre, si vous trouvez de la distanciation sociale, je vous offre un euro.

Martin Hirsch, directeur général de l’AP-HP

à franceinfo

"Le confinement complet a été compris, c'était : 'rien n'est autorisé'. C'est plus simple mais c'est beaucoup plus contraignant, estime Martin Hirsch. Si vous voulez du simple, vous faites des choses figées, mais ces choses figées ne seront pas adaptées, ne tiendront pas compte de ce que les acteurs eux-mêmes peuvent apporter."

"La difficulté de compréhension ou d'adaptation des Français est aussi liée au paradoxe d'une population française ou de professions qui attendent que ce soit interdit pour faire", selon le directeur général de l'AP-HP. "Ne méconnaissons pas nos propres contradictions de peuple français, de professionnels, de restaurateurs..." Le travail des autorités publiques en ce moment est "sacrément dur", juge Martin Hirsch. "Si on va trop loin, on se fait accuser d'être liberticide et économicide. Si on ne va pas assez loin, d'homicide."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.