Cet article date de plus de quatre ans.

Vidéo Coronavirus : la solidarité s'organise dans une Italie en confinement depuis une dizaine de jours

Depuis le 9 mars les italiens vivent totalement confinés, seuls les déplacements nécessaires sont autorisés. Depuis cette date, des citoyens se mobilisent pour venir en aide aux personnes les plus fragiles ou isolées, comme à Bergame dans le nord du pays, épicentre de l’épidémie.

Article rédigé par franceinfo, Omar Ouahmane
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
L'association "Maite" apporte des masques et des gants aux personnes les plus fragiles et isolées. (GILLES GALLINARO / RADIO FRANCE)

Dans les rayons de ce supermarché de la ville de Bergame, un client pas comme les autres pousse un caddie à moitié plein. "Je lui ai pris des artichauds, de la salade, du sucre et du riz", détaille-t-il sérieusement. Giovanni est l'un des bénévoles de l'Association Maite, une structure culturelle qui a décidé de se mettre au service des personnes les plus fragiles dès le début de l'épidémie : "Il y a beaucoup de personnes âgées qui sont seules, qui sont abandonnées dans cette période particulière", explique le bénévole. "On leur apporte une petite aide sociale, même simplement parler avec elles, les tranquilliser, les aider de manière générale, même psychologiquement. Pour nous, c'est un plaisir".

Les courses qu'il effectue dans ce supermarché sont pour Perlita, 67 ans, qui fait souvent appel à l'association. Il lui apporte ses sacs de provisions avec un "bongiorno" tonitruant et plein d'entrain. "C'est pratique, ils sont gentils, ils viennent tout de suite", félicite la sexagénaire, guide touristique dans la région. Elle présente tous les symptômes du coronavirus. "Si l'association n'était pas là, je serais forcée de sortir, mais je ne veux pas aller empoisonner tout le monde", explique-t-elle.

"Faites attention, ne m'approchez pas trop, parce que je sais que ce matin et il y a encore eu trois morts", prévient-elle à Giovanni, le bénévole. Perlita, de son côté, essaie d'envoyer des ondes positives à ses voisins : "Moi, comme d'autres, on a accroché le drapeau italien aux fenêtres, pour essayer de se donner du courage".

Des courses alimentaires mais aussi des masques

L'association Maite, en plus des courses pour les plus vulnérables, s'occupe également de fournir des masques et des gants en latex. Elle se les procure auprès d'un réseau de médecins solidaires pour les redistribuer à ceux qui en sont dépourvus. Pietro, bénévole de l'association, en fournit ainsi à Armando, un retraité isolé dans la vieille ville de Bergame. "Pour nous, c'est plus que précieux, parce que j'en ai cherché partout, c'est introuvable. Cette association s'est démenée. Sans elle, on n'aurait jamais pu en trouver", abonde le vieil homme, qui se confond en "Grazie, grazie mille".

Ces élans de solidarité ont fleuri partout en Italie, depuis la mise en quarantaine du pays.

Le reportage à Bergame d'Omar Ouahmane et Gilles Gallinaro

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.