Cet article date de plus d'un an.

Vidéo Coronavirus : face à "une tendance" à la hausse, "c'est normal qu'on mette la pression la plus forte", estime Martin Hirsch

Publié
Article rédigé par
Radio France

Le nombre de cas de Covid-19 "remonte doucement" mais "de manière continue" en Ile-de-France, selon le directeur général de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP).

"C'est une tendance à une augmentation, qui n'a strictement rien à voir avec la flambée qu'on a connue au mois de mars ou au mois d'avril, mais comme chacun sait que ça peut démarrer vite, c'est normal qu'on mette la pression la plus forte", a estimé Martin Hirsch, directeur général de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), jeudi 23 juillet sur France Inter, alors que le nombre de cas de Covid-19 "remonte doucement" mais "de manière continue" en Ile-de-France, selon lui.

Quand on prend le mois qui vient de s'écouler (…) il y a un peu plus de pourcentage de positifs parmi les PCR [dépistages virologiques] qui sont faits, il y a un peu plus d'appels au Samu pour des cas de Covid, il y a un peu plus d'entrées", a-t-il souligné. "On a peu de patients Covid en réanimation aujourd'hui dans nos lits, et pourvu que ça dure", a ajouté Martin Hirsch.

Pour que ça dure, il ne faut pas se croiser les doigts, il faut bosser et faire attention.

Martin Hirsch, directeur général de l'AP-HP

à franceinfo

"Nous, on nous met la pression. Moi, j'ai été convoqué par le ministre [Olivier Véran] hier, pour qu'on accélère sur les tests salivaires, etc. Et c'est normal qu'on mette la pression sur l'ensemble de la population sur les gestes barrières, sur les masques, sur les rassemblements, etc.", a-t-il expliqué.

Satisfait des accords du Ségur de la santé

À propos du Ségur de la santé, qui s'est conclu par une série d'accords et de mesures après deux mois de discussions, Martin Hirsch a estimé que ces accords permettront "de changer le mode de fonctionnement de l'hôpital", de "mettre de l'huile dans l'ensemble des rouages" de l'hôpital public. "Ce qui me paraît fondamental, c'est qu'on fait davantage confiance aux hôpitaux. S'ils considèrent qu'il faut déroger aux règles pour mieux fonctionner, on les laisse déroger aux règles", a-t-il souligné. "Et puis les rémunérations vont augmenter de manière très importante", a ajouté Martin Hirsch. Au total, 8,2 milliards d'euros ont été débloqués pour les salaires des personnels hospitaliers.

Pour le directeur général de l'AP-HP, on sort "clairement" d'une gestion purement comptable de l'hôpital : "Pendant cette période, l'hôpital, soumis aux contraintes les plus difficiles, c’est-à-dire les contraintes du virus et de la mort et non pas la contrainte du budget et la contrainte de l'administration, a réussi à fonctionner", a-t-il souligné. "Tous ceux qui ont été plongés dans cette crise se sont dit, et c'est un slogan que je partage, : 'Jamais comme avant'. Le gouvernement l'a entendu", a salué Martin Hirsch.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.