Envoyé spécial, France 2

VIDEO. Certaines entreprises ont-elles profité de la crise sanitaire pour recourir à une main-d'œuvre plus flexible ?

A la caisse ou en rayon, ils ont fait le même travail que les salariés – parfois jusqu'à douze heures par jour, selon certains syndicats. Sans avoir les mêmes droits. Cette main-d'œuvre jeune et flexible a été recrutée en quelques clics, sur des plateformes internet. Extrait d'"Envoyé spécial".

Et si la crise sanitaire avait été l'occasion, pour certaines entreprises, d'avoir recours à une main-d'œuvre toujours plus flexible ? C'est ce qu'a révélé une enquête du site d'information StreetPress. En plein confinement, des enseignes de grande distribution ont fait appel à des auto-entrepreneurs. Parfois pour quelques heures afin de compléter les effectifs, mais aussi jusqu'à plusieurs semaines pour remplacer les absents.

A la caisse, en rayon ou dans les entrepôts pour préparer les commandes, ces auto-entrepreneurs, recrutés en quelques clics sur des sites internet dédiés, ont fait le même travail que les salariés classiques.

20% de commission pour la plateforme

Ces plateformes numériques mettent en relation des jeunes à la recherche d'un petit boulot et des entreprises qui ont besoin de travailleurs — dont elles pourront se séparer du jour au lendemain. Chaque "mission" rapporte aux plateformes 20% de commission. Cette "révolution de l'accès au marché du travail", selon les termes du fondateur de StaffMe, la start-up pionnière sur ce secteur, inquiète les syndicats.

"Entre 47 et 52 heures par semaine" 

Certains magasins Monoprix auraient par exemple fait travailler des auto-entrepreneurs jusqu'à douze heures par jour, totalisant parfois "entre 47 et 52 heures par semaine", alerte Marie-Christine Aribart, déléguée CGT de l'enseigne, alors que des caissières avec plus de quinze ans d'ancienneté seraient restées employées à temps partiel. "Est-ce qu'on leur a proposé d'augmenter leur contrat ? questionne la déléguée syndicale. Non, ils ont préféré prendre des StaffMe."

Une pratique qui serait toujours en vigueur

La direction de Monoprix n'a pas accordé d'interview à "Envoyé spécial", mais confirme être passée par la plateforme StaffMe pour des besoins ponctuels, en ultime recours, afin de faire face au surcroît d'activité et à l'absentéisme liés à la crise du Covid. Selon les informations des journalistes du magazine, certains auto-entrepreneurs recrutés sur StaffMe continueraient à être missionnés dans des magasins de l'enseigne.

Extrait de "L'été de la précarité", un reportage à voir dans "Envoyé spécial" le 18 juin 2020.

> Les replays des magazines d'info de France Télévisions sont disponibles sur le site de Franceinfo et son application mobile (iOS Android), rubrique "Magazines".

Envoyé spécial. Certaines entreprises ont-elles profité de la crise sanitaire pour recourir à une main-d\'œuvre plus flexible ?  
Envoyé spécial. Certaines entreprises ont-elles profité de la crise sanitaire pour recourir à une main-d'œuvre plus flexible ?   (ENVOYÉ SPÉCIAL / FRANCE 2)