Cet article date de plus d'un an.

Vidéo Certaines entreprises ont-elles profité de la crise sanitaire pour recourir à une main-d'œuvre plus flexible ?

Publié Mis à jour
Article rédigé par
France Télévisions

A la caisse ou en rayon, ils ont fait le même travail que les salariés – parfois jusqu'à douze heures par jour, selon certains syndicats. Sans avoir les mêmes droits. Cette main-d'œuvre jeune et flexible a été recrutée en quelques clics, sur des plateformes internet. Extrait d'"Envoyé spécial".

Et si la crise sanitaire avait été l'occasion, pour certaines entreprises, d'avoir recours à une main-d'œuvre toujours plus flexible ? C'est ce qu'a révélé une enquête du site d'information StreetPress. En plein confinement, des enseignes de grande distribution ont fait appel à des auto-entrepreneurs. Parfois pour quelques heures afin de compléter les effectifs, mais aussi jusqu'à plusieurs semaines pour remplacer les absents.

A la caisse, en rayon ou dans les entrepôts pour préparer les commandes, ces auto-entrepreneurs, recrutés en quelques clics sur des sites internet dédiés, ont fait le même travail que les salariés classiques.

20% de commission pour la plateforme

Ces plateformes numériques mettent en relation des jeunes à la recherche d'un petit boulot et des entreprises qui ont besoin de travailleurs — dont elles pourront se séparer du jour au lendemain. Chaque "mission" rapporte aux plateformes 20% de commission. Cette "révolution de l'accès au marché du travail", selon les termes du fondateur de StaffMe, la start-up pionnière sur ce secteur, inquiète les syndicats.

"Entre 47 et 52 heures par semaine" 

Certains magasins Monoprix auraient par exemple fait travailler des auto-entrepreneurs jusqu'à douze heures par jour, totalisant parfois "entre 47 et 52 heures par semaine", alerte Marie-Christine Aribart, déléguée CGT de l'enseigne, alors que des caissières avec plus de quinze ans d'ancienneté seraient restées employées à temps partiel. "Est-ce qu'on leur a proposé d'augmenter leur contrat ? questionne la déléguée syndicale. Non, ils ont préféré prendre des StaffMe."

Une pratique qui serait toujours en vigueur

La direction de Monoprix n'a pas accordé d'interview à "Envoyé spécial", mais confirme être passée par la plateforme StaffMe pour des besoins ponctuels, en ultime recours, afin de faire face au surcroît d'activité et à l'absentéisme liés à la crise du Covid. Selon les informations des journalistes du magazine, certains auto-entrepreneurs recrutés sur StaffMe continueraient à être missionnés dans des magasins de l'enseigne.

Extrait de "L'été de la précarité", un reportage à voir dans "Envoyé spécial" le 18 juin 2020.

> Les replays des magazines d'info de France Télévisions sont disponibles sur le site de Franceinfo et son application mobile (iOS Android), rubrique "Magazines".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.