Covid-19 : les vols avec l'Afrique australe reprendront samedi avec un "encadrement drastique"

Seuls les Français, les ressortissants de l'Union européenne, les diplomates et les navigants pourront rentrer en France.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un avion à l'aéroport d'Amsterdam (Pays-Bas), le 25 janvier 2021. (Photo d'illustration) (NICOLAS ECONOMOU / NURPHOTO / AFP)

Une réouverture avec des pincettes. Le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, a annoncé, mercredi 1er décembre, que les vols avec 10 pays de l'Afrique australe reprendraient bien à partir de samedi avec un encadrement "drastique" qui ne permettra de voyager qu'aux Français, aux ressortissants de l'UE, aux diplomates et aux navigants.

>> Covid-19 : les dernières informations dans notre Direct

Ces voyageurs subiront en outre un test Covid à leur arrivée en France, suivi d'un isolement de sept jours en cas de résultat négatif et de 10 jours si le résultat est positif. Par ailleurs, tous les voyageurs provenant d'un pays hors de l'Union européenne, même vaccinés, devront présenter un test négatif de moins de 48 heures.

Une nouvelle catégorie rouge écarlate

"Nous créons une nouvelle catégorie, rouge écarlate, s'agissant des pays les plus à risque, notamment avec la présence du variant Omicron. Cette catégorie intégrera les sept pays de l'Afrique australe pour lesquels les vols étaient suspendus depuis vendredi dernier. S'y ajouteront trois pays : le Malawi, la Zambie et l'Ile Maurice. Pour ces pays, un cadre extrêmement strict est mis en place", a-t-il ajouté.

Les voyageurs en provenance d'Afrique australe feront toutes l'objet d'un test à l'arrivée, en plus de l'obligation de test mise en place au départ de moins de 24 heures pour un test antigénique et de moins de 48 heures pour un test PCR. "Si ce test est négatif, elles feront l'objet d'un arrêté préfectoral d'obligation d'isolement dans le lieu de leur choix pendant sept jours. S'il est positif, elles feront l'objet d'un arrêté préfectoral d'isolement dans un hôtel qui aura été désigné pour une durée de 10 jours. Dans les deux cas, cet isolement sera surveillé par des forces de sécurité intérieures et en cas de non-respect de cet isolement une amende de 1 500 euros sera dressée pour les personnes qui ne respecteraient pas l'isolement obligatoire", a prévenu Gabriel Attal.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Variant Omicron

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.