Variant indien : l'Angleterre "risque une troisième vague pendant l'été", alerte un épidémiologiste

Selon le Dr Marc Baguelin, de premières études montrent que le variant indien est plus transmissible que le variant anglais et plus résistant au vaccin contre le Covid-19.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Une unité Covid-19 dans un hôpital de Londres, le 27 janvier 2021. (KIRSTY WIGGLESWORTH / POOL)

Le docteur Marc Baguelin, épidémiologiste et modélisateur pour le conseil scientifique britannique, alerte jeudi 27 mai sur franceinfo sur le "risque d'avoir une troisième vague pendant l'été" en Angleterre alors que le variant indien du coronavirus inquiète les autorités. La France a annoncé mercredi la mise en place à partir de lundi d'un "isolement obligatoire" d'une semaine pour les voyageurs en provenance du Royaume-Uni.

Le gouvernement britannique est engagé dans un déconfinement progressif après une importante campagne de vaccination de la population. Mais "il y a beaucoup d'incertitudes" sur la contagiosité de ce variant et sa résistance aux vaccins, assure le scientifique.

franceinfo : Faut-il s'inquiéter du variant indien du coronavirus ?

Marc Baguelin : ll y a des inquiétudes à avoir, à long terme. Au niveau de la pression sur les hôpitaux et sur la mortalité pour les prochaines semaines, il n'y a pas trop d'inquiétude parce qu'on est à un niveau extrêmement bas, que ce soit pour le nombre de morts ou le nombre de patients à l'hôpital. On était autour de 40 000 patients à l'hôpital au moment du pic, maintenant, on est à moins de 1 000. Donc on est vraiment un niveau bas. Si on est à un niveau très bas, l'accroissement est quand même assez faible. Dans les prochaines semaines, on ne devrait pas avoir une situation qui est très mauvaise. Mais ce qui se passe, c'est qu'on risque d'avoir une troisième vague pendant l'été.

Le gouvernement britannique doit-il selon vous ralentir le déconfinement ?

On ne sait pas encore. Le gouvernement doit se prononcer dans deux semaines. On regarde au jour le jour les données. Il y a encore une grande incertitude sur l'avantage qu'a ce variant. On voit que ce variant, de la même façon que le variant dit anglais à l'automne, avait remplacé le variant précédent. On voit que ce variant remplace le variant anglais, c'est-à-dire qu'il a un avantage, mais on ne sait pas exactement à quel point il est plus transmissible ou à quel point il échappe aux vaccins. Donc, c'est ce qu'on regarde vraiment au jour le jour.

Quelles sont les tendances sur sa résistance aux vaccins ?

On ne sait pas exactement, mais on a quand même des pistes qui nous disent que le variant est surement plus transmissible. On parle de 50% de transmission en plus ou si on est optimiste 30%.

On a aussi des résultats qui disent que le vaccin est moins efficace avec ce variant. On parle d'une efficacité de 10% en moins.

Marc Baguelin

à franceinfo

Sur l'efficacité du vaccin, on donne généralement un nombre, mais en fait, c'est plus compliqué que cela. Il y a l'efficacité contre la transmission, il y a l'efficacité contre les formes graves, etc. Donc, il est possible que le variant circule plus, mais que le nombre de formes très graves ne soit pas si important. Vraiment, il y a beaucoup d'incertitudes.

La France impose un isolement d'une semaine pour les voyageurs en provenance du Royaume-Uni. Est-ce une bonne mesure ?

Je pense que c'est cohérent parce qu'on est dans une course contre la montre entre la vaccination et permettre au virus de circuler plus en relâchant les mesures. Le fait de ralentir l'importation du virus permet de gagner du temps, donc d'avoir plus de gens vaccinés, donc de limiter le nombre de morts si la transmission augmente au moment où on devra rouvrir.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.