Covid-19 : la question de repousser la rentrée scolaire en Israël s’est posée "jusqu’à la dernière minute", selon un immunologue

La rentrée scolaire s'est à nouveau déroulée sous les contraintes liées à la crise sanitaire mercredi en Israël. Selon l'immunologue Cyrille Cohen, le retour en classe aurait pu être repoussé vu le nombre de contaminations au Covid-19 dans le pays.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
80% des 16-18 ans ont reçu au moins une dose de vaccin en Israël.  (DEBBIE HILL / MAXPPP)

Alors que les contaminations au Covid-19 progressent en Israël, la question de repousser la rentrée scolaire s’est posée "jusqu’à la dernière minute" selon Cyrille Cohen, immunologue à l’université de Bar Ilan à Tel Aviv et membre, en Israël, du conseil consultatif sur les essais cliniques des vaccins contre la Covid-19. Avec 11 000 contaminations par jour, dont 40% de moins de 20 ans, la quatrième vague frappe fort dans le pays. "Grâce à la vaccination, on a quand même un effet tampon qui empêche les débordements sur nos hôpitaux", juge-t-il.

franceinfo : Les contaminations sont au plus haut depuis quelques mois. Ce sont essentiellement des jeunes ?

Cyrille Cohen : Oui, pour à peu près 40%, ils ont moins de 20 ans. On atteint aujourd’hui un record au niveau des contaminations avec presque 11 000 contaminations. D’un autre côté grâce à la vaccination, on a quand même un effet tampon qui empêche les débordements sur nos hôpitaux. On en est à 700 personnes qui sont dans un état grave mais si on compare avec le même taux de contamination, on avait deux fois plus de malades graves au mois de janvier dernier.

Est-ce que la question de repousser la rentrée scolaire s’est posée ?

Oui jusqu’à la dernière minute. La rentrée a eu lieu ce mercredi et on a mis en place un protocole sanitaire pour limiter l’impact des contaminations. La vaccination est possible à partir de 12 ans depuis le mois de juin, pour la 3e dose, c’est possible seulement si on a un intervalle de cinq mois après la seconde dose. En Israël, 80% des 16-18 ans ont reçu au moins une dose et 53% des 12-15 ans.

Vous appelez aussi à faire des dépistages massifs ?

Oui, l’État a donné à chaque enfant un test rapide à faire à la veille de la rentrée des classes. On met aussi en place des tests sérologiques pour cartographier les élèves qui avaient déjà été exposés et qui ont été asymptomatiques pour leur permettre, s’ils sont cas contacts, de ne pas s’isoler. La troisième chose qui sera mise en place dès le mois d’octobre, ce sont des tests systématiques dans les classes s’il y a un cas dans une classe au lieu d’envoyer tout le monde à la maison.

"On testera les gens avec des tests rapides pour leur permettre de continuer à étudier."

Cyrille Cohen, immunologue

à franceinfo

Nos enfants ont beaucoup souffert pendant cette année et demi et l’éducation doit rester une priorité. Israël a une grosse capacité de tests, on sait tester vite et bien. Pour ce qui est des enseignants, la vaccination est recommandée et sinon c’est un test PCR négatif, avec contrôle par les directeurs d’école.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Variant Delta

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.