Covid-19 : cette vague "ne ressemble pas aux précédentes parce que la pente est beaucoup plus raide", alerte Gabriel Attal

Le taux d'incidence et les contaminations ont augmenté de 150% en une semaine, affirme le porte-parole du gouvernement, "du jamais vu depuis le début de la crise".

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, demande aux Français de continuer à respecter les gestes barrières, même si cela est "plus difficile durant les périodes de vacances".  (LUDOVIC MARIN / AFP)

"Vous avez une épidémie qui est repartie au niveau national. On est dans une quatrième vague", confirme ce jeudi 22 juillet sur France Inter le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, au lendemain des annonces de Jean Castex.

Cette vague "ne ressemble pas aux précédentes parce que la pente est beaucoup plus raide et parce que l'augmentation se fait beaucoup plus rapidement. Une augmentation de 150% de l'incidence et des contaminations en une semaine, c'est du jamais vu depuis le début de la crise", affirme-t-il.

Dans certains départements, la situation est beaucoup plus critique qu'ailleurs : "Je pense évidemment à la Martinique, où on a un taux d'incidence qui est très élevé, avec en plus une part de la population vaccinée qui est faible. Vous avez évidemment les Pyrénées-Orientales, où on a un taux d'incidence très élevé, l'Hérault et d'autres départements."

"Il faut garder une vigilance absolue au cours de l'été dans les gestes barrières, dans les contacts qu'on peut avoir les uns avec les autres, même si, évidemment, c'est difficile dans une période de vacances, une période estivale", rappelle-t-il.

En revanche, "il n'est pas question aujourd'hui de restrictions de circulation entre des départements ou des régions", a précisé Gabriel Attal.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Variant Delta

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.