Var : pour lutter contre le coronavirus, la commune de Sanary-sur-Mer interdit de sortir à plus de 10 mètres de chez soi

Les courses alimentaires ou l'achat de médicaments à la pharmacie seront toujours autorisés, même au-delà de cette distance. Mais faire un jogging dans les rues ou promener son chien est désormais interdit.

Le port de Sanary-sur-Mer, dans le Var, le 27 mai 2019.
Le port de Sanary-sur-Mer, dans le Var, le 27 mai 2019. (JOHANNA HOELZL / DPA)

Il ne fait pas dans la demi-mesure. Afin de lutter contre la propagation du coronavirus Covid-19, le maire de Sanary-sur-Mer (Var) a pris vendredi 27 mars un arrêté empêchant ses administrés de s'éloigner à plus de 10 mètres de chez eux. "Cela limite les sorties à leur plus simple expression", a reconnu Ferdinand Bernhard.

>> Coronavirus : les dernières informations sur l'épidémie de Covid-19 dans notre direct

Les courses alimentaires ou l'achat de médicaments à la pharmacie sont toujours autorisés, même au-delà de cette distance. A condition bien sûr de faire des achats groupés : "Pas question de sortir pour aller uniquement acheter le journal, puis de ressortir pour une carotte et ensuite pour une baguette !" lance l'élu. Au contraire, "le jogging" ou "promener son chien" sont désormais des activités interdites, insiste le maire, qui avait déjà fermé les marchés "depuis belle lurette". "Sinon tout le monde a toujours de bonnes raisons de sortir", affirme-t-il.

Une amende de 135 euros dès lundi

"Le confinement est respecté par 99,5% des gens dans la commune, mais il reste une bande de récalcitrants qui risquent de propager la contamination, c'est eux que nous visons", a justifié Ferdinand Bernhard.

Ce nouvel arrêté sera appliqué par les 12 policiers municipaux de cette ville de 16 000 habitants, mais à partir de lundi seulement : "Jusque-là, nous serons dans la pédagogie, mais ensuite nous n'aurons aucun état d'âme", précise le maire, qui vient d'entamer son 6e mandat après avoir été réélu dès le premier tour aux municipales, le 15 mars. Ensuite, ce sera 135 euros d'amende, "le tarif du gouvernement". Et toute la recette sera reversée "aux soignants des hôpitaux : nous ne sommes pas là pour faire du fric, juste pour sauver des vies".