Vidéo Vaccin russe contre le Covid-19 : "Un vaccin, on ne regarde pas sa nationalité", affirme Gabriel Attal

Publié
Article rédigé par
Radio France

"Dès lors qu'un laboratoire demande un enregistrement de son vaccin auprès de l'Agence européenne du médicament, c'est examiné sans regarder sa nationalité", a assuré le porte-parole du gouvernement. Plusieurs pays ont déjà commencé à administrer ce vaccin russe, baptisé Spoutnik V.

"Un vaccin, on ne regarde pas sa nationalité", a assuré lundi 1er février sur franceinfo Gabriel Attal, le porte-parole du gouvernement, interrogé sur la possibilité pour la France d'acheter des vaccins russes contre le Covid-19.

>> Covid-19 : suivez l'évolution de la situation en direct

Un vaccin, "ce qu'on veut, c'est qu'il soit sûr et efficace. Et donc, dès lors qu'un laboratoire demande un enregistrement de son vaccin auprès de l'Agence européenne du médicament, c'est examiné sans regarder sa nationalité, a développé Gabriel Attal. Ce qu'on veut, c'est que ce soit sûr et efficace. Je crois que c'est le cas pour le vaccin russe et donc il va être examiné comme tous les vaccins ont été examinés."

Si l'Agence européenne du médicament considère qu'il est sûr et efficace, la Haute autorité de santé française procèdera à la même évaluation et il pourrait évidemment être proposé aux citoyens français, si c'était le cas.

Gabriel Attal

à franceinfo

Baptisé Spoutnik V, le vaccin russe a été homologué par les autorités russes  en août 2020, avant le début des essais cliniques de masse et avant la publication de résultats scientifiques. Plusieurs pays, comme l'Argentine et l'Algérie, ont déjà commencé à l'administrer.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.