Vidéo Vaccin contre le Covid-19 de Sanofi : "C'est pire qu'un retard, c'est un véritable plantage", estime Marine Le Pen

Publié Mis à jour
Article rédigé par
Radio France

Le vaccin du laboratoire français ne doit pas être disponible avant le quatrième trimestre 2021. Pour la présidente du Rassemblement national, il s'agit de "la démonstration de l'effondrement de la France dans ce domaine".

Le laboratoire français Sanofi a annoncé à la mi-décembre que le candidat vaccin contre le Covid-19, développé en collaboration avec GSK, ne serait pas disponible avant le quatrième trimestre 2021. "C'est pire qu'un retard, c'est un plantage", estime Marine Le Pen, présidente du Rassemblement national, sur franceinfo mercredi 27 janvier.

>> Suivez les dernières informations sur l'évolution de l'épidémie de Covid-19 dans notre direct

Le laboratoire français a aussi annoncé mercredi dans un communiqué, après l'avoir dévoilé dans un entretien au Figaro mardi, qu'il donnera à Pfizer/BioNTech l'accès à son outil de production à partir de l'été 2021 pour lutter contre la pandémie du Covid-19.

"Nous n'avons pas de vaccin national"

"Ils abandonnent l'idée du vaccin sur lequel ils étaient partis pour revenir sur un vaccin à ARN Messager. C'est un véritable plantage et surtout la démonstration de l'effondrement de la France dans ce domaine, ajoute la présidente du Rassemblement national. Nous n'avons pas de vaccin national. Nous sommes le seul pays du Conseil de sécurité à ne pas avoir notre vaccin."

Ce retard des laboratoires français, "c'est la faute de la façon dont on finance ou on ne finance pas la recherche. Il faut revoir tout ça", estime-t-elle. "Il faut anticiper, parce qu'il y a de grandes chances que ce virus soit saisonnier. C'est-à-dire qu'il revienne l'année prochaine, l'année d'après. Donc il faut qu'on structure les moyens de création, de production de notre propre vaccin. Il faut recréer une structure publique pour avoir la main comme les Allemands", explique Marine Le Pen.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.