Vidéo Covid-19 : Valérie Pécresse plaide pour une stratégie "zéro gaspillage, zéro stock"

Publié
Article rédigé par
Radio France

Valérie Pécresse approuve sur franceinfo lundi 12 avril la décision du gouvernement de retarder l'injection de la seconde dose de vaccin.

"Il faut accélérer la vaccination et avoir une stratégie très simple : zéro gaspillage, zéro stock", a déclaré Valérie Pécresse, présidente (Libres!) de la région Ile-de-France, lundi 12 avril sur franceinfo. "Il faut être pied au plancher et faire feu de tout bois. Dès qu'on a des doses, on vaccine", insiste Valérie Pécresse. Elle "approuve" la décision de retarder l'injection de la seconde dose de vaccin contre le coronavirus Covid-19, "puisque nous savons maintenant que dès la première dose il y a pratiquement 80% d'efficacité contre les formes graves du virus. Cela veut donc dire qu'on peut vacciner davantage de personnes avec une seule dose et qu'on permettra ainsi d'avoir une immunité collective très rapidement".

>> DIRECT. Covid-19 : le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, plaide pour la vaccination rapide de tous les salariés en présentiel

La présidente de la région Île-de-France salue l'ouverture de la vaccination aux plus de 55 ans à partir de ce lundi. "J'avais demandé à ce qu'on puisse ouvrir très largement la vaccination, tout simplement parce qu'il faut créer un choc de confiance et ce choc de confiance se manifestera grâce à un effet d'entraînement."

Doit-on rendre le vaccin obligatoire ? "Il doit être obligatoirement proposé à tous, dès qu'on aura suffisamment de doses", répond Valérie Pécresse. "Là on gère la pénurie. Donc, forcément, il faut mettre des publics prioritaires, et on sait que les plus de 55 ans sont beaucoup plus sévèrement touchés. C'est donc à eux qu'il faut s'adresser prioritairement."

Elle estime qu'il faut faire "un mix" entre la priorité par âge et la priorité par profession exposée. Parmi les populations à risques, elle cite les enseignants mais aussi "tous les agents municipaux, départementaux, régionaux qui sont dans les cantines des écoles, des collèges et des lycées. J'ai demandé au gouvernement qu'on prenne en compte tous ceux qui sont en première ligne et pas forcément les plus visibles."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.