Vidéo Covid-19 : le patron d'AstraZeneca est "sur la sellette et il le sait parfaitement", assure Agnès Pannier-Runacher

Publié Mis à jour
Article rédigé par
Radio France

Le laboratoire ne va livrer à la France que "25%" des 9,2 millions de doses promises pour avril, confirme la ministre déléguée à l'Industrie qui rappelle que le laboratoire est lié par contrat. 

Pascal Soriot, le PDG français du groupe anglo-suédois AstraZeneca, "est sur la sellette et il le sait parfaitement", a déclaré Agnès Pannier-Runacher, ministre déléguée en charge de l'Industrie, mardi 16 mars sur franceinfo. AstraZeneca qui devait fournir 9,2 millions de doses de vaccin anti-Covid-19 en avril ne vont livrer, que "25% des doses qui étaient prévues", a confirmé la ministre. "Vous avez une responsabilité fiduciaire dans une entreprise, vous devez rendre des comptes lorsque quand vous ne respectez pas un contrat. Vous pouvez avoir des problèmes individuels, de responsabilité".

Est-ce que ces doses ont été livrées à d'autres pays ? "C'est la question que nous posons à AstraZeneca", a répondu Agnès Pannier-Runacher. "Nous souhaitons avoir un plus grand niveau de détails que nous avons aujourd'hui", a-t-elle ajouté. "Nous avons relevé des contradictions dans les indications qui nous ont données AstraZeneca", a-t-elle souligné.

On peut comprendre qu'il y ait une difficulté de monter en capacité industrielle. En revanche 25% d'un contrat… Il y a une question de responsabilité des dirigeants du laboratoire et des membres de son conseil d'administration.

Agnès Pannier-Runacher, ministre déléguée en charge de l'Industrie

à franceinfo

"Une entreprise a une responsabilité contractuelle. C'est un contrat, a martelé la ministre. Nous sommes dans un dialogue contractuel. Nous avons des leviers de discussion et de négociation avec AstraZeneca. [Le commissaire européen au Marché intérieur Thierry Breton] est d'ailleurs à la manœuvre aujourd'hui pour faire évoluer et obtenir un plan d'action très clair de la part d'AstraZeneca pour obtenir plus de doses".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.