Vidéo Covid-19 : faute de vaccin pour les moins de 12 ans "avant 2022", Yazdan Yazdanpanah préconise "un dépistage répété des élèves"

Publié Mis à jour
Article rédigé par
Radio France

Le chef du service des maladies infectieuses de l’hôpital Bichat estime sur franceinfo qu'il est "important d'avoir un dépistage répété des élèves, de ne pas attendre d'avoir des symptômes."

"Il n'y aura pas de vaccin pour les moins de 12 ans avant 2022", a indiqué vendredi 27 août sur franceinfo Yazdan Yazdanpanah, chef du service des maladies infectieuses de l’hôpital Bichat, membre du Conseil scientifique, alors qu'une campagne de vaccination va être lancée dès la rentrée dans les collèges et les lycées. "Pour les moins de 12 ans, des études sont en cours pour évaluer la tolérance mais aussi l'efficacité", a-t-il ajouté.

>> Suivez les dernières informations sur l'épidémie de Covid-19 dans notre direct

En moyenne, un élève du primaire aura un test salivaire tous les deux mois et demi. "Il est important d'avoir un dépistage répété des élèves, de ne pas attendre d'avoir des symptômes. C'est compliqué à mettre en place, tout le monde ne va pas l'accepter, mais c'est quelque chose qui va nous aider à contenir l'épidémie dans les écoles", a-t-il insisté.

"Dans cette population-là, le virus va circuler donc il est extrêmement important de rappeler les gestes barrières. Dans les classes et à la cantine c'est extrêmement important et il y a un certain nombre de mesures à garder. On a parlé de l'aération, de faire attention à la sortie de l'école et il y a un autre élément extrêmement important c'est le dépistage", a expliqué chef du service des maladies infectieuses de l’hôpital Bichat.

Cette recommandation sur l'importance d'un dépistage répété des élèves figure peut-être dans les recommandations que le Conseil scientifique a transmises au gouvernement, mais qui n'ont pas été rendues publiques. "En grande partie" les préconisations sont reprises par le gouvernement, a assuré Yazdan Yazdanpanah. "Je pense qu'il y a des réflexions autour du dépistage pour essayer de l'augmenter. Ce sont des notes, pas des décisions. C'est un certain nombre de données scientifiques, de recommandations."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.