Vaccins contre le Covid-19 : environ 85% des personnes hospitalisées entre mai et juillet n'étaient pas vaccinées

Les non-vaccinés contre le Covid-19 représentaient la grande majorité des personnes hospitalisées en France entre mai et juillet, selon une étude du service statistique des ministères sociaux.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une soignante prend en charge en soins intensifs un patient à Mulhouse (Haut-Rhin), le 23 juillet 2021. (SEBASTIEN BOZON / AFP)

Ces chiffres étaient fortement attendus pour évaluer l'efficacité de la vaccination. Vendredi 30 juillet, la Drees, le service statistique des ministères sociaux, a publié les premiers résultats d'une étude (PDF) menée à partir de l’exploitation des données d'hospitalisation et de vaccination sur la période du 31 mai au 11 juillet 2021. La direction des recherches a rapproché dans cette étude le statut vaccinal des patients et les hospitalisations conventionnelles ou en soins critiques (réanimation, soins intensifs et soins continus) pour cette maladie, afin d'étudier la répartition des entrées hospitalières selon le statut vaccinal.

Elle conclut qu'environ 85% des personnes hospitalisées en France sur cette période, y compris dans les services de réanimation, n'étaient pas vaccinées. Les patients complètement vaccinés représentaient, quant à eux, seulement 7% des admissions, soit "une proportion cinq fois plus faible que celle observée en population générale", note le rapport. Sur la même période, 35% des Français étaient vaccinés. "A tout âge, la part de patients vaccinés entrant à l'hôpital est nettement inférieure à celle qu'ils représentent dans l'ensemble de la population", conclut l'étude.

Sur la période étudiée, 78% des décès à l'hôpital de patients atteints du Covid-19 concernaient des personnes non vaccinées et 11% concernaient des personnes complètement vaccinéesnote également la Drees. A partir d'août, cette étude sera actualisée toutes les semaines et sera mise en ligne sur le site de la Drees, a annoncé à l'AFP le ministère de la Santé. Elle permettra d'étudier l'efficacité de la vaccination, mais aussi d'évaluer l'impact du variant Delta sur le système hospitalier et en particulier sur les services de soins intensifs.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Vaccin contre le Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.