Vaccins contre le coronavirus : à Bordeaux, la surveillance des effets indésirables se met en place

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 1 min.
Vaccins contre le coronavirus : à Bordeaux, la surveillance des effets indésirables se met en place
FRANCE 2
Article rédigé par
G Decaix, Q. Trigodet, C. Berge - France 2
France Télévisions

Trois jours après le lancement de la campagne de vaccination en France, les effets indésirables vont être observés de près. Le Centre de pharmacovigilance de Bordeaux (Gironde) est déjà sur le pont.

Au Centre de pharmacovigilance de Bordeaux (Gironde), la surveillance des effets indésirables du vaccin contre le coronavirus de Pfizer/BioNTech est déjà prête à être assurée, trois jours après le lancement de la campagne de vaccination en France. "Le fonctionnement de ce centre, c’est de pouvoir recevoir des questions et des observations de professionnels de santé, par mail, par téléphone, par le portail de signalement du ministère, d’en faire l’analyse et de nourrir les bases nationales, qui vont elles-mêmes nourrir les bases internationales", explique le professeur Antoine Pariente, responsable du centre.

Un million de personnes vaccinées d’ici fin février

Les premiers patients français ont été vaccinés dimanche 27 décembre dans deux établissements pour personnes âgées à Sevran (Seine-Saint-Denis) et Dijon (Côte-d’Or). La campagne de vaccination doit concerner un million de personnes d’ici fin février, les résidents d’Ehpad et personnels de santé en priorité. Le suivi à grande échelle de cette campagne permettra peut-être de détecter des effets indésirables qui auraient échappé à l’essai clinique en laboratoire, déjà riche de 20 000 patients.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.