Vaccin contre le Covid-19 : les doses de rappel ne sont pas "nécessaires" selon les données scientifiques actuelles, estime l'OMS

D'un point de vue "moral et éthique", il n'est pas bon que les pays riches injectent la troisième dose "quand le reste du monde attend sa première injection", a estimé mercredi l'OMS.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Des fioles vides du vaccin contre le Covid-19 du laboratoire Sinovac à Mexico, le 17 août 2021. (GERARDO VIEYRA / NURPHOTO / AFP)

Elle monte au créneau. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a dénoncé, mercredi 18 août, la ruée des pays riches vers la troisième dose de vaccin contre le Covid-19. Cette dernière estime en effet que les données scientifiques n'ont pas démontré la nécessité d'un rappel pour l'instant.

"Nous pensons clairement que les données actuelles n'indiquent pas que les rappels sont nécessaires", a déclaré la scientifique en chef de l'OMS, Soumya Swaminathan, en conférence de presse. Il faut "attendre que la science nous dise quand les rappels sont nécessaires, quels groupes de personnes et quels vaccins ont besoin de rappels", a-t-elle expliqué.

D'un point de vue "moral et éthique", il n'est également pas bon à ses yeux que les pays riches injectent la troisième dose "quand le reste du monde attend sa première injection".

Plusieurs pays ont déjà opté pour une campagne de rappel

Peu après ces déclarations, les Etats-Unis ont annoncé une campagne de rappel des vaccins anti-Covid de Pfizer et de Moderna fin septembre, les autorités sanitaires s'inquiétant de la baisse de la protection immunitaire conférée par les vaccins avec le temps. Cette campagne de rappel reste toutefois suspendue à l'autorisation d'une dose supplémentaire par l'Agence américaine des médicaments (FDA).

De son côté, la France a opté pour l'injection de troisièmes doses pour les personnes âgées et fragiles dès cet automne.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Vaccin contre le Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.