Vaccin contre le Covid-19 : le président d'un syndicat de médecins généralistes dénonce "des retards" de livraison des flacons

Depuis mercredi, les médecins généralistes ont l'autorisation de débuter la vaccination contre le Covid-19 des personnes de 50 à 64 ans présentant des comorbidités.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Illustration vaccin contre le Covid-19. (FRED SCHEIBER / AFP)

"Cette semaine, il y a eu des retards dans beaucoup d'endroits, en particulier en Ile-de-France", a dénoncé dimanche 28 février sur franceinfo le président de la Confédération des syndicats médicaux français (CSMF) Jean-Paul Ortiz. Les médecins généralistes avaient l'autorisation de débuter mercredi 24 février la vaccination des personnes de 50 à 64 ans présentant des comorbidités, avec le vaccin AstraZeneca.

>> Suivez l’évolution de l'épidémie de Covid-19 en France et dans le monde grâce à nos infographies

"On a vraiment un processus qui est très lourd, qui est très bureaucratique et qui ne va pas assez vite dans la diffusion de ces fameux flacons qui permettent de vacciner", a expliqué Jean-Paul Ortiz, qui a expliqué que "35 000 médecins généralistes ont demandé au moins une fois un flacon".

Les médecins généralistes devaient recevoir cette semaine un flacon du vaccin, contenant 10 doses : "On nous avait promis les premiers flacons pour mercredi. J'ai moi-même fait le tour, mercredi après-midi, d'un certain nombre de médecins pour voir s'ils avaient commencé leur vaccination. Certains n'avaient toujours pas reçu ce fameux flacon qui est arrivé chez les médecins le mercredi en fin d'après-midi, le jeudi, voire le jeudi soir. Dans ces conditions-là, il était compliqué de pouvoir démarrer de suite. Donc, beaucoup de médecins ne vont commencer en réalité à vacciner que ce lundi et non pas jeudi dernier."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.