Cet article date de plus d'un an.

Vaccin contre le Covid-19 : Alain Fischer mise sur "huit millions de personnes" ayant reçu une première injection d'ici fin mars

Le coordinateur de la stratégie vaccinale contre le Covid-19 juge cet objectif "réaliste", même s'il "dépend des approvisionnements en doses de vaccin".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le coordinateur de la stratégie vaccinale contre le Covid-19, Alain Fischer, lors d'une conférence de presse, avec le ministre de la Santé, Olivier Véran, le 26 janvier 2021 à Paris. (BERTRAND GUAY / AFP)

Le coordinateur de la stratégie vaccinale contre le Covid-19 en France se veut optimiste. Alain Fischer a estimé, lundi 15 février, que "les personnes qui sont aujourd'hui éligibles pour la vaccination", qui représentent "environ huit millions de personnes", auront reçu au moins une première dose du vaccin "d'ici la fin mars". "On dépend des approvisionnements en doses de vaccin, mais ça me paraît un objectif réaliste", a-t-il ajouté sur le plateau de BFMTV.

Pour l'heure, 2 294 208 personnes ont reçu au moins une injection, selon les données communiquées par le ministère de la Santé, lundi soir. En outre, 720 249 personnes ont déjà reçu les deux doses.

Les personnes à risque, "priorité évidente"

Face aux interrogations sur la rapidité de la campagne, Alain Fischer estime que "nous sommes mi-février. Un mois et demi, c'est très peu". "Dans l'urgence de chaque jour et l'impatience, on peut éventuellement concevoir des frustrations, mais globalement s'est mise en place une organisation qui permet de vacciner d'abord les personnes les plus vulnérables, les plus fragiles...", a-t-il avancé. 

Certaines personnes de plus de 75 ans peinent à obtenir un rendez-vous pour se faire vacciner"La difficulté, c'est l'organisation des rendez-vous de telle manière à ce que tout le monde puisse recevoir ce vaccin. Il faut bien comprendre qu'il y a à un certain moment, un certain nombre de doses disponibles, a expliqué Alain Fischer. Le vaccin arrive chaque semaine, en principe régulièrement, en espérant qu'il n'y ait pas de mauvaises surprises."

L'immunologue a également rappelé que "la priorité évidente est de vacciner les personnes à risque", ce qui "représente 17 à 20 millions de personnes avant l'été". Puis, si les livraisons de vaccin se déroulent comme prévu, il sera possible de "vacciner de façon très très importante le reste de la population cet été".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Vaccin contre le Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.