Vaccin contre le coronavirus : le virus a été inoculé à des volontaires au Royaume-Uni

Alors que la course au vaccin contre le virus avance, des chercheurs britanniques ont décidé de passer à l'étape supérieure en infectant des volontaires avec le nouveau coronavirus.

France 3

Le jeune britannique filmé par France 3 attendait la réponse depuis plusieurs semaines. Il fait désormais partie des 38 000 volontaires à travers le monde qui ont accepté de participer à la recherche d'un vaccin contre le Covid-19. Il devra toutefois auparavant être infecté par le virus. "En prenant ce petit risque pour moi-même, je peux potentiellement protéger des milliers d'autres personnes contre l'infection, sans y avoir été confronté", assure Alastair Fraser, volontaire à la vaccination, dans l'édition du 12/13 du mercredi 21 octobre. Les volontaires, âgés de 18 à 30 ans, seront infectés par le nez puis recevront des vaccins différents sous la surveillance attentive des chercheurs de l'Imperial College de Londres, au Royaume-Uni.

Faire gagner du temps à la recherche

"Nous observons essentiellement la maladie en mouvement, dès le début de l'inoculation, jusqu'à la sortie de la maladie du corps. Cela nous donne donc une vue absolue de ce qui arrive au corps humain lors d'un processus d'infection", assure le Pr. Terence Stephenson, président de l'Ordre des médecins britannique. Le procédé, déjà employé pour d'autres maladies, fait gagner du temps dans la recherche. Mais pour l'OMS, il faut que cet essai thérapeutique soit chapeauté par un comité éthique car le risque demeure. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Un vaccin expérimental contre le Covid-19, dans le laboratoire Sinovac Biotech, le 29 avril 2020, à Pékin (Chine).
Un vaccin expérimental contre le Covid-19, dans le laboratoire Sinovac Biotech, le 29 avril 2020, à Pékin (Chine). (NICOLAS ASFOURI / AFP)