Vaccin anti-Covid : Philippe Juvin est "surpris par la faiblesse" du plan dévoilé par le premier ministre Jean Castex

Selon le chef des urgences à l'hôpital Pompidou, l'objectif de vacciner 14 millions de personnes d'ici mars sera "insuffisante pour le Covid". Par ailleurs, il faut, selon lui, aller "bien au-delà" des seniors.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Philippe Juvin, chef des urgences à l'hôpital Pompidou et maire LR de La Garenne-Colombes (Hauts-de-Seine). (THOMAS SAMSON / AFP)

Après la présentation du plan de vaccination par le premier ministre Jean Castex, jeudi 3 décembre, le chef des urgences à l'hôpital Pompidou, Philippe Juvin, se dit sur franceinfo "surpris par la faiblesse des chiffres, pas si différents que ceux pour la vaccination contre la grippe". Il compare l'objectif de l'exécutif de vacciner 14 millions de personnes d'ici mars avec les "13 millions de personnes de plus de 65 ans vaccinées l'année dernière contre la grippe". Selon Philippe Juvin, une telle couverture vaccinale sera "insuffisante pour le Covid" et il faut aller "bien au-delà" des seniors.

Si le vaccin est trop peu distribué, on s'expose à une troisième vague d'ici mars-avril.

Philippe Juvin

à franceinfo

À situation exceptionnelle, Philippe Juvin demande une réponse exceptionnelle. "Si on vaccine avec nos techniques habituelles, on ne va pas y arriver", estime celui qui est aussi maire LR de La Garenne-Colombes (Hauts-de-Seine). Les Agences régionales de santé ne sont, selon lui, "pas outillées pour respecter les chaînes de froid très dures" que nécessitent les premiers vaccins. L'armée pourrait selon lui s'en occuper comme aux États-Unis où "un général a été nommé pour la campagne de vaccination", rappelle le chef des urgences de l'hôpital Pompidou.

"La vaccination est une question de logistique"

Philippe Juvin "attend de voir" après les annonces de l'éxecutif "parce que la vaccination est une question de logistique". Le médecin met en garde contre "le lien de confiance abîmé" entre les Français et le gouvernement. "Quand vous n'avez pas confiance dans la décision qui tombe du ciel, il y a une faible acceptation des mesures." Cette fois, selon lui, "toutes les informations doivent être partagées".

Le gouvernement doit faire le contraire de ce qu'il a fait depuis 8 mois, sinon les gens ne se vaccineront pas.

Philippe Juvin

à franceinfo

Le médecin ne comprend par ailleurs "pas beaucoup" la limite de six adultes recommandée par Jean Castex pour les fêtes de Noël. Philippe Juvin considère qu'il faut "arrêter d'infantiliser les Français et leur donner les moyens de se tester avant les fêtes".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.