Royaume-Uni : les personnes vaccinées pourront venir en France sans motif impérieux

Le ministre délégué chargé du Tourisme, Jean-Baptiste Lemoyne, a annoncé cette mesure qui va permettre notamment aux Britanniques de venir skier en France.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des passagers patientent avant de prendre un train pour la France, le 17 décembre 2021 à Londres (Royaume-Uni). (HASAN ESEN / ANADOLU AGENCY / AFP)

Règles assouplies pour les voyageurs en provenance du Royaume-Uni. Les personnes vaccinées contre le Covid-19 seront autorisées dès vendredi à traverser la Manche sans avoir à justifier d'un motif impérieux, a annoncé jeudi 13 janvier Jean-Baptiste Lemoyne, le ministre français délégué chargé du Tourisme. "Pour les personnes vaccinées, on met aussi fin à la période d'isolement de 48 heures", a-t-il déclaré sur TV5 Monde. "On pourra à nouveau se déplacer depuis le Royaume-Uni pour des motifs de loisirs", par exemple pour "aller skier" dans les stations françaises.

"La contrainte est plus forte sur les personnes non vaccinées qui gardent des motifs impérieux et ne peuvent pas venir pour des motifs de loisirs. Le vaccin fait la différence."

Jean-Baptiste Lemoyne, ministre délégué au Tourisme

sur TV5 Monde

"Tous les voyageurs, vaccinés ou non, devront présenter au départ un test négatif (PCR ou test antigénique) de moins de 24 heures", a précisé dans la foulée le cabinet du Premier ministre dans un communiqué. "Le gouvernement fait le choix d'alléger les mesures spécifiques de contrôle sanitaire aux frontières qui avaient été décidées en décembre dernier pour les voyageurs vaccinés en provenance du Royaume-Uni."

"La clientèle britannique, c'est 15% de la clientèle des stations de ski françaises", a ajouté Lemoyne, alors que depuis deux ans l'Etat a soutenu à hauteur de 38 milliards d'euros les acteurs du tourisme victimes des conséquences économiques de la crise sanitaire. "Avant crise, il y avait 90 millions de touristes internationaux par an en France. Aujourd'hui, c'est plutôt 45 millions", a encore rappelé le ministre délégué.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Vaccin contre le Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.