Reportage Manifestation contre le pass sanitaire et l'obligation vaccinale : "Pourquoi forcer les gens ?"

Le sixième samedi de manifestation contre le pass sanitaire a rassemblé un peu plus de 175 000 personnes dans 220 cortèges en France, selon le ministère de l'Intérieur. Un chiffre en baisse par rapport à la semaine précédente. A Toulon,  6 000 personnes ont dit une fois de plus leur opposition à la stratégie de lutte contre le Covid-19 du gouvernement.

Article rédigé par
Jean-François Fernandez - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Manifestation contre le pass sanitaire à Toulon, le 21 août 2021. (FRANK MULLER / MAXPPP)

Avant que la manifestation ne s'élance, samedi 22 août, à travers les rues de Toulon, de nombreuses prises de parole ont lieu aux quatre coins de la place de la Liberté afin de faire en sorte que chacun puisse s'exprimer. Dans un cortège qui a rassemblé 6 000 personnes, contre 22 000 la semaine précédente selon la préfecture, le débat se poursuit. On entend beaucoup le mot "liberté", mais la préoccupation qui revient à chaque fois c'est  l'inquiétude face à ce qui est présenté par ses détracteurs comme un vaccin lancé trop vite, sans le recul nécessaire.

Une méfiance vis à vis des vaccins anti-Covid 

Cette aide-soignante, n'est pas d'accord pour qu'on lui impose le vaccin : "Forcer les gens à prendre un vaccin qui est encore expérimental, non. Surtout qu'on a Pasteur qui va sortir le vaccin français, donc pourquoi ne pas attendre et pourquoi forcer les gens avec des vaccins 'étrangers' ? Surtout quand on voit les effets secondaires qui ne sont pas rassurants", lance-t-elle.

>> Manque-t-on vraiment de recul vis à vis des vaccins contre le Covid-19 ?

Effets secondaires, manque de recul... ces arguments reviennent souvent dans le discours de ces manifestants qui se sentent pour certains un peu comme des cobayes :"Moderna, Pfizer, Johnson sont en phase 3, et Sanofi est aussi en phase 3 alors pourquoi lui n'est pas mis sur le marché ?", s'interroge cette manifestante.

"Je ne suis pas anti-vaccin, au contraire, j'ai tous mes vaccins, mais celui-ci me fait tiquer"

Une manifestante

à franceinfo

Des manifestants venus en famille, des syndicalistes et des vacanciers composent le cortège. Dans ses rangs, il y a Patrick, retraité, qui vient de la la Seyne-sur-Mer. "Je suis un ancien soixante-huitard, des manifs j'en ai fait beaucoup à une époque", raconte-t-il. Il prend le bateau avec son épouse tous les samedis depuis 4 semaines maintenant. Ces manifestations, c'est un peu comme un baroud d'honneur : "Il y a longtemps que je n'avais pas fait de manif donc je me suis dit avant de mourir je vais en faire encore une."

Des "gilets jaunes" aux anti-pass... "On ne lâche rien"

Et puis, dans les slogans ont entend aussi "Macron démission, ton vaccin on n'en veut pas". Au-delà du pass sanitaire et du vaccin, ce mouvement remet en avant les revendications des "gilets jaunes""Les 'gilets jaunes' ont quand même été dans l'histoire. On a été là, on a parlé beaucoup de nous", estime Maryline. Elle rappelle qu'il ont lancé le mouvement de contestation contre le gouvernement, "et je pense que ça a fait voir aux gens qu'on peut avoir une force tous ensemble, qu'il faut être solidaires et montrer au gouvernement qu'on est là et que on ne lâche rien", promet-elle

A la fin de la manifestation, un petit groupe bloque l'autoroute, tandis que le gros des troupes revient à la case départ, la place de la Liberté qui prend des allures de kermesse bon enfant.

Nouvelle mobilisation samedi à Toulon contre le pass sanitaire - Le reportage de Jean-François Fernandez
écouter

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Vaccin contre le Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.