Pass sanitaire : les tentatives de fraudes se multiplient

Publié
Durée de la vidéo : 2 min.
Pass sanitaire : les tentatives de fraudes se multiplient
France 2
Article rédigé par
M. Sohier, F. Castaingts, E. Lagrange - France 2
France Télévisions

Le pass sanitaire est devenu un sésame pour accéder à divers lieux, mais les tentatives de fraude se multiplient. Des personnes n'hésitent pas à soudoyer des professionnels de santé, ou encore à acheter de faux pass sur Internet.

Le pass sanitaire fait l'objet de toutes les convoitises. Pour l'obtenir, certains sont mêmes prêts à flirter avec l'illégalité. Récemment, deux hommes ont essayé de soudoyer Cécile Péronne, pharmacienne. "Ils m'ont demandé d'aller sur un site internet professionnel, en me disant : 'C'est facile pour vous (...), et vous me faites mon pass sanitaire'", raconte-t-elle, avant de poursuivre : "Je leur ai bien sûr dit que ce n'était pas possible puisque je ne les ai pas moi-même vaccinés, donc je ne pouvais pas engager ma responsabilité, mon diplôme, ma pharmacie pour un pass sanitaire."

Jusqu'à trois ans de prison et 45 000 euros d'amende 

Au Zénith d'Amiens (Somme), où la vaccination contre le Covid-19 s'intensifie, quelques personnes ont également tenté leur chance, en vain. Pour les en dissuader, une campagne de prévention vient d'être lancée. Une affiche présente dans le centre précise ainsi ce que les personnes encourent en cas d'infraction. Les peines peuvent aller jusqu'à trois ans d'emprisonnement et 45 000 euros d'amende. Pour autant, certains ne s'arrêtent pas là, et essaient d'obtenir le précieux sésame sur les réseaux sociaux. 

Des comptes sous couvert d'anonymat proposent en effet d'acheter un certificat pour quelques centaines d'euros, et affirment travailler en collaboration avec des médecins pour délivrer des pass générés par le site officiel Ameli. Des professionnels de santé seraient donc impliqués ; si la pratique est avérée, les conséquences pourraient être lourdes pour les praticiens, qui pourront être poursuivis. Ils encourraient ainsi un blâme ou une radiation, explique Catherine Cocquerelle, secrétaire générale du Conseil départemental de l'Ordre des médecins de la Somme. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Vaccin contre le Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.