#OnVousRépond Pass sanitaire, dose de rappel, fermetures de classes... Les réponses à vos questions

Publié
Article rédigé par
Radio France

Au lendemain des nouvelles annonces du gouvernement, franceinfo a répondu aux questions des auditeurs, des téléspectateurs et des internautes.

Dans un contexte de reprise de la pandémie encore plus forte qu'attendue, le ministre de la Santé, Olivier Véran, a annoncé jeudi 25 novembre de nouvelles mesures destinées à juguler la cinquième vague de Covid-19. Le nombre de cas quotidiens a augmenté de 50% en une semaine en France, passant de 19 778 le 13 novembre à 30 454 le 23 novembre. Vous avez été nombreux à nous poser des questions sur ces sujets. Nous vous avons répondu, vendredi 26 novembre, avec le médecin infectiologue Benjamin Davido.

>> Covid-19 : suivez notre direct au lendemain des annonces du gouvernement

J'ai 71 ans, j'ai fait mes deux doses au mois de mai, j'ai eu le Covid-19 en août. Est-ce que mon pass sanitaire s'arrête le 15 décembre, est-ce que je dois faire la 3e dose de rappel ?

Pour les personnes ayant terminé leur cycle de vaccination, c'est-à-dire leurs deux doses, et qui ont attrapé le Covid-19 par la suite, la Haute Autorité de santé préconise "l'administration d'une dose additionnelle 6 mois après l'infection pour les personnes éligibles au rappel". En effet, la HAS précise qu'une infection "survenant après une primo-vaccination complète peut être la conséquence d’une immunité insuffisante conférée par cette vaccination initiale, vis-à-vis d’un nouveau variant notamment, ou par la diminution de cette immunité ou encore par l’inefficience de la réponse immunitaire mémoire." Ce délai a été rapporté à 5 mois après l'infection, peut-on lire sur le site du ministère des Solidarités et de la Santé. 

Concernant la validité du pass sanitaire, "à compter du 15 décembre 2021, le pass sanitaire des plus de 65 ans ne sera plus actif si le rappel n’a pas été fait dans un délai de 7 mois à compter de la dernière injection ou de la dernière infection", précise le site du gouvernement.

 "Au-delà du côté pratique" de garder son pass sanitaire activé, "il peut être vacciné", assure Benjamin Davido qui précise que le certificat de rétablissement fera foi. Mais selon l'infectiologue, "il n'y a pas de contre-indication pour cette personne. Je ferai la dose de rappel en temps et en heure."

Si un cas de Covid-19 est détecté dans la classe de mon enfant, est-ce qu'on ferme la classe ?

Si l'enfant est en classe de primaire et qu'il est testé positif vendredi 26 novembre, c'est l'ancienne règle qui prévaut, à savoir que la classe ferme pendant sept jours. Par contre, si l'enfant est détecté à partir du 29 novembre, tous les élèves de la classe vont être invités à se faire tester, comme l'annonçait le ministre de l'Éducation nationale Jean-Michel Blanquer. La classe ne fermera pas, et si le test est négatif, l'enfant pourra revenir à l'école.

Enfin, concernant les collégiens et les lycéens, le protocole ne change pas : si l'élève est vacciné, il peut rester en cours sans aucun problème.

Le pass sanitaire est obligatoire pour les activités extra-scolaires mais aucune date pour le rappel des adolescents, qu'en est-il ?

Pour l'instant, la troisième dose concernera, à partir du samedi 27 novembre, tous les adultes âgés de 18 ans et plus. Il n'y a pas de rappel vaccinal actuellement pour les mineurs.

J'ai un certificat médical me déconseillant de me faire vacciner à cause d'une allergie, que faire ?

Lorsqu'il y a une véritable contre-indication, le médecin doit remplir un certificat CERFA, soumis à un avis d'experts pour une validation aurès de la CPAM, et obtenir un QR code de contre-indication à la vaccination. Aujourd'hui, il existe trois contre-indications : un effet indésirable grave de la vaccination, les chocs anaphylactiques au vaccin ARN messager ou une allergie au polyéthylène glycol (PEG), principal composant incriminé dans les réactions survenues à la suite des vaccins Covid-19 (Pfizer BioNtech et Moderna).

Dans ce dernier cas précis, il existe des centres de référence en allergologie afin de tester les personnes. Si l'allergie est avérée, se poser la question de tester différents vaccins pour proposer une solution et protéger la personne.

Est-ce que la dose de rappel comptera pour la 3e dose sur le pass sanitaire si on a été vacciné avec le vaccin Janssen ?

Oui, pas d'inquiétude. D'ailleurs, les gens qui ont reçu le vaccin Janssen auraient déjà dû recevoir une deuxième dose. Selon la direction générale de la santé (DGS), les personnes qui ont reçu leur unique dose de Janssen doivent recevoir un vaccin à ARNm en deuxième dose : Pfizer ou Moderna, donc. Il faudra attendre au minimum quatre semaines après sa première injection de Janssen pour recevoir sa deuxième dose.

Si je me fais vacciner pour la première fois, dois-je attendre 6 mois pour avoir mon pass sanitaire ?

Non, le pass sanitaire sera actif "7 jours après la 2e injection pour les vaccins à double injection (Pfizer, Moderna, AstraZeneca), 28 jours après l'injection pour les vaccins avec une seule injection (Johnson & Johnson), ou encore 7 jours après l'injection pour les vaccins chez les personnes ayant eu un antécédent de Covid (1 seule injection)", selon le gouvernement. Pour les vaccins ARN messager le pass sanitaire sera donc actif après la deuxième injection, qui peut avoir lieu seulement 21 jours après la première. 

Ayant eu le Covid-19 puis une injection de vaccin, doit-on avoir un rappel ou sommes-nous assez protégés ?

"À partir du moment où vous avez eu le Covid-19, c'est une dose six mois après pour tout le monde, quel que soit le moment où vous avez été malade", explique Benjamin Davido. La réponse est donc oui, on doit avoir une dose de rappel cinq mois après la dernière injection. Le ministre de la Santé a détaillé les différents cas de figures pour les adultes éligibles à cette dose de rappel. Le tableau ci-dessous fait le point sur toutes les situations :

Le calendrier des doses de rappel selon la situation vaccinale, présenté jeudi 25 novembre. (CAPTURE ECRAN MINISTERE DE LA SANTE)

Je pars en voyage le 2 décembre, j'ai rendez-vous pour faire mon test PCR le 30 novembre. Dois-je le faire 24h avant ?

Cela dépend des destinations. Dans ce cas précis, consultez le site de l'ambassade du pays concerné ou la compagnie aérienne avec laquelle vous voyagez. "Il peut y avoir une différence entre un test antigénique, où souvent il est accepté sur un délai de 24 heures, et un test PCR qui peut être accepté jusqu'à 72 heures", précise Benjamin Davido.

J'ai 2 080 anticorps dans le sang, la 3e dose peut-elle être dangereuse pour ma santé ?

Christine, 65 ans, a eu le Covid-19 au début de la pandémie et a reçu une dose unique il y a plus de six mois. En octobre dernier, elle a fait un test sanguin pour voir son taux d'anticorps. "C'est un taux confortable qui confère 100% de protection face au virus", explique Benjamin Davido qui précise qu'il n'y a "aucune contre-indication" à faire une dose de rappel. "Privilégiez une demi-dose de Moderna qui est plus adaptée à votre profil."

J'ai fait un malaise après ma 1e dose, on m'a déconseillé de faire la 2e, qu'en est-il ?

Florence explique que lors de sa première dose Pfizer le 17 avril dernier, elle a fait un malaise "assez important" dans les dix minutes qui ont suivi. Elle n'a pas fait de choc anaphylactique. Depuis, on lui a totalement déconseillé de faire la deuxième dose. Florence a "probablement fait un malaise vagal", juge Benjamin Davido. Si ce n'est pas vagal, "il faut discuter du diagnostic et savoir dans quelle mesure on pourra compléter pour vous un certificat de contre-indication."

J'ai été vaccinée avec AstraZeneca, puis-je faire la dose de rappel avec un autre vaccin ?

Les vaccins AstraZeneca ou Janssen ne sont pas disponibles en dose de rappel pour l'instant. Il n'y a aujourd'hui que les doses de vaccin à ARN messager. "Il n'y a pas de contre-indication à changer de vaccin entre les deux premières doses que vous avez eues et celle de rappel", précise Olivier Emond, du service santé de franceinfo. "Les données montrent que lorsqu'on change de processus, on va améliorer encore plus la réponse immunitaire", ajoute Benjamin Davido.

Mon épouse, immunodéprimée, a eu ses trois doses mais n'a développé aucun anticorps, existe-t-il des traitements ?

"Elle est éligible à une quatrième dose", assure Benjamin Davido. Outre le molnupiravir, antiviral élaboré par le laboratoire Merck, cinq traitements sont en cours d'élaboration. Il existe notamment le Ronapreve qui combine deux anticorps dits monoclonaux, le casirivimab et l'imdevimab. Ce traitement doit être injecté en intraveineuse. Comme l'AZD7442 d'AstraZeneca, le Ronapreve est destiné au traitement et à la prévention du Covid-19. Ce médicament a déjà été autorisé en France au début du mois d'août, pour une durée de cinq mois.

Dois-je faire une dose de Pfizer ou attendre un vaccin efficace à plus long terme ?

Véronique se demande si elle doit attendre un vaccin qui sera plus efficace sur le long terme ou non, parlant du vaccin produit par Novavax et le vaccin Sanofi. "Ces autres vaccins dont vous parlez, nous n'avons pas de date d'arrivée de commercialisation et surtout aucune donnée pour savoir si l'efficacité sera plus longue, c'est une possibilité", précise Benjamin Davido qui suggère d'aller faire une dose d'un vaccin à ARN messager "dès que possible."

La 3e dose de ma femme doit se faire au 8e mois de grossesse, que faire ?

Hugo se demande s'il y a des risques concernant des cas de thromboses liés au vaccin lors du troisième trimestre de grossesse. "Au-delà des précautions d'usage, votre épouse peut être vaccinée quand on veut, sauf si elle a été vaccinée il y a un mois, on peut tout à fait la vacciner dans le cadre des deux premiers trimestres de la grossesse sans contre-indication", affirme Benjamin Davido qui précise qu'il n'"y a pas de données aujourd'hui sur la troisième dose lors du troisième trimestre de grossesse."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.