"On a autre chose à gérer !" : vérifier les doses de rappel des 2,7 millions de soignants, un casse-tête pour les hôpitaux et les Ehpad

À partir de dimanche, la dose de rappel de vaccin contre le Covid-19 devient obligatoire pour les agents des établissements de santé. Une nouvelle obligation vaccinale difficile à mettre en place en pleine vague Omicron, selon certains directeurs d'hôpitaux.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Des soignants sein du service de réanimation de l'hôpital de la Timone à Marseille, le 5 janvier 2022. (NICOLAS TUCAT / AFP)

Les directeurs des établissements de santé doivent récolter avant dimanche 30 janvier, les attestations de dose de rappel des 2,7 millions de personnes qui travaillent dans les hôpitaux et Ehpad. Tous les agents devront en effet avoir eu leur dose de rappel de vaccin contre le Covid-19 dans un délai de sept mois après la dernière dose. À l’automne 2021, ils avaient déjà dû présenter un schéma vaccinal initial complet. Or, certains directeurs d’hôpitaux estiment qu'aujourd'hui, en pleine vague Omicron, le moment est plutôt mal choisi par le gouvernement pour imposer cette nouvelle obligation vaccinale.

>> Morts, hospitalisations, vaccins... Suivez l’évolution de l'épidémie en France et dans le monde

À l’hôpital de Roubaix, la direction n’a récupéré ces derniers jours que la moitié des attestations de dose de rappel de vaccin de ses agents. Et ça se comprend, dans les services, les soignants et les cadres sont débordés par l’épidémie. “Ça ne tombe pas à un très bon moment, dans un délai qui est très court alors que les établissements sont touchés par une vague qui nous occupe beaucoup", explique Maxime Morin, le directeur de l’hôpital de Roubaix, également membre du syndicat des directeurs Syncass-CFDT.

“On a autre chose à gérer sans que s’ajoute cette problématique dans des conditions qui n’ont pas eu l’occasion d’être pleinement explicitées. On n'a toujours pas les textes d’application.”

Maxime Morin, directeur de l’hôpital de Roubaix

à franceinfo

Et comme rien n’est facile, l’établissement va devoir faire le décompte de ceux qui ont eu la dose de rappel, et de ceux qui n’ont pas pu car ils ont été contaminés récemment. “On a beaucoup d’absence tous les jours de gens qui sont Covid et on va avoir certainement beaucoup de certificats de rétablissement”, raconte Maxime Morin. Et dans un peu plus de deux semaines, rebelote : le 15 février, la dose de rappel ne sera plus obligatoire dans les hôpitaux et Ehpad sept mois après la dernière injection, mais quatre mois après. Il va donc falloir à nouveau vérifier que toutes les attestations et justificatifs sont bien à jour.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Vaccin contre le Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.